Don’t Panik

Le 15 septembre sera diffusé le documentaire de Keira Maameri, Don’t Panik, au centre des cultures d’Islam.

Ce documentaire, dont j’ai déjà parlé, présente le parcourt de six artistes qui allient Rap et foi islamique.

Le film est très bien fait. Il me faut cependant revenir sur un point qui a été soulevé lors de sa projection en mai dernier à l’institut du monde arabe.

Lors des questions de la salle adressées à la réalisatrice, à la fin de la projection, une personne dans l’assistance a affirmé : « tous les grands rappeurs afro-américains qu’on aime sont musulmans ! »

La religion de ces rappeurs, à mon avis, n’a pas vraiment d’importance, mais si le sujet doit être abordé, mieux vaut  bien préciser ce que peut signifier une telle affirmation.

L’islam tel que le pratiquent les afro-américains n’a rien à voir, jusqu’à une certaine période, avec un islam orthodoxe ou qu’on peut qualifier, par opposition, de « traditionnel ».

La Nation Of Islam est fondée à Detroit dans les années 30 par Fard Muhammad avant qu’il ne disparaisse mystérieusement et laisse la main à Elijah Muhammad.

Fard Muhammad se lance dans le Fishing For The Dead, pêcher les morts. Les noirs sont réduits à l’anomie aux Etats-Unis, il vient les réveiller en leur révélant leur véritable identité. Il se revendiquait comme un envoyé de dieu ou dieu lui-même venu sur terre pour libérer les noirs du joug de l’oppression. Il faut, selon lui, qu’ils découvrent leur identité réelle et qu’ils pratiquent leur religion originelle (l’islam).

Pourquoi l’islam.

Fard Muhammad veut instaurer une religion qu’il veut monothéiste et la seule religion qu’il peut opposer au christianisme américain c’est l’islam. Il prend le terme mais le vide de son contenu réel, c’est un islam adapté aux afro-américains.

Pourquoi ? Selon ses enseignements Allah aurait crée le premier homme il y a 76 millions d’années en manipulant des particules atomiques extraites de la matière terrestre. Le premier homme vivait à la Mecque à côté d’Allah (The Original Man), il est qualifié par des vertus : il est d’une grande beauté et bon. Ce sont ces premiers hommes qui formaient la tribu de Shabazz, la race noire. C’est cette race noire qui à partir de la Mecque se serait diffusée dans plusieurs pays et serait à l’origine de plusieurs civilisations (l’Egypte notamment).

Yakub fait un acte maléfique. Par des manipulations génétiques il crée à partir de la race noire des êtres maléfiques les blancs (caucasiens), opposés parfaits des noirs. Vils, lâches, laids ils représentent les maléfices de la terre (Made Men). Ils vont répandre leurs maléfices sur la terre jusqu’à ce qu’Allah les exile en Europe notamment en Grèce.

Deux être opposés catégoriquement : le noir et le blanc. Opposés par leur naissance, origine, histoire, destinée.

Là où le noir est divin, le blanc est maléfique (Blue Eyed Devil). Pour Fard Muhammad la situation chaotique du monde actuel est la conséquence de la prise de pouvoir des blancs sur l’humanité.

Par un lavage de cerveau, dont l’esclavage est une des phases, ils ont fait oublier au noir sa supériorité.

Pour Fard Muhammad les afro-américains ont été endormis par les blancs, d’où la nécessité de Fishing For The Dead, leur révéler leur vraie identité supérieure.

 

Ce postulat est celui sur lequel fonctionne encore aujourd’hui une partie des musulmans afro-américains. On ne peut donc pas amalgamer leur islam et un islam orthodoxe dans une formule lapidaire et confuse qui voudrait faire de tous les rappeurs afro-américains des musulmans.

Il faut attendre la fin des années 70 (1975) pour que Wallace Muhammad, qui se rebaptisera Warit Dean, succède à son père Elijah et fasse un schisme au sein de la Nation of Islam. Lui et Farrakhan se séparent parce qu’il estime que les blancs peuvent être admis au sein de la Nation of Islam et réforme cette dernière de façon à se rapprocher d’un islam sunnite orthodoxe.

Bon nombre de rappeurs cités dans la formule lapidaire d’un des spectateurs de la projection du mois de mai sont restés fidèles à la conception que défend Farrakhan.

Un des artistes intervenant dans le documentaire, Hasan Salaam, bien qu’étant afro-américain ne mentionne à aucun moment cette distinction. Peut-être qu’il l’ignore, mais cette précision me semblait nécessaire.

Ceci dit Don’t Panik est un très bon documentaire, je recommande à ceux qui n’ont pas eu la chance de le voir en mai de ne pas louper la séance du 15 septembre prochain.

 

 

 

 

About the author

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>