Stalley marche seul, l’interview (FR/US)

Avec son album Lincoln Way Nights (Intelligent Trunk Muzik) sorti en février dernier, Stalley a prouvé au monde qu’il était plus qu’un simple rookie mais déjà un artiste accompli. Très bien entouré au sein de Bluroc, Stalley n’en reste pas moins un rappeur avec une vision claire et simple de son art qui ne s’attarde pas sur le reste de l’industrie. Rencontre avec le MC de Massillion dans l’Ohio.

DOWNLOAD: STALLEY – LINCOLN WAY NIGHTS (INTELLIGENT TRUNK MUZIK)

1. Tout d’abord peux-tu nous présenter qui est Stalley ?

Salutations, c’est Stalley de Massilion, Ohio, 330. Stalley c’est moi. Un homme de mon environnement. J’aime les grands classiques de l’automobile américaine, le basket-ball, j’écoute NaS et Bruce Springsteen. Je ne suis qu’un homme avec des rêves simples sincèrement. Stalley est un surnom qui me suit depuis longtemps, ça vient de ma carrure un peu frêle et c’est comme ça que les gens qui m’ont vu joué au basket me reconnaissaient.

2. Comment est-ce de grandir à Massilion, Ohio, une petite ville connue pour sa tradition du foot US* et l’industrie automobile ?

Massilion est une ville ouvrière et fière de l’être. C’est une ville qui consacre le travail dur et les vraies valeurs américaines. Deux choses qui se retrouvent dans notre amour du football.

3. Tu as débuté ta carrière de rappeur il y a trois ans. Tu penses quoi de ton évolution assez rapide ?

C’est marrant car c’est à partir de ce moment que j’ai laissé pousser ma barbe. J’ai rappé pendant pas mal d’années mais j’ai vraiment franchi une étape il y a trois ans. Les gens que j’ai rencontré, partout où j’ai été (je ne peux pas tout citer), ont été incroyables avec moi. Je travaille beaucoup sur ma musique, c’est ça qui explique mon évolution rapide.

4. Tu peux expliquer pourquoi tu as choisi ce double titre pour ton nouveau projet Lincoln Way Nights (Intelligent Trunk Muzik) ? De quelle façon cela décrit ton album ?

Lincoln Way est une rue de Massillion où on avait l’habitude de faire de haut en bas les Vendredis soir. La voiture est notre véhicule et c’est aussi par ce biais que je vous présente ma ville sur l’album. On est dingue de voiture mais aussi de basses et de 808’s et on t’amène à Lincoln Way par ce biais pour voir les basses dans le coffre claquer (ce qui est le thème du premier single). C’est un album autobiographique et aussi l’histoire d’une ville ouvrière des Etats-Unis.

5. Pour ce projet tu as travaillé uniquement avec Rashad pour la production ? Comment s’est faite la connexion ?

On s’est rencontré via un ami commun. Il savait quel son je recherchais et que Rashad pouvait le faire. On est tous les deux originaires de l’Ohio donc le thème des nuits de Lincoln Way nous parlait à tous les deux sur le plan musical. C’était une collaboration assez facile.

6. Tu as dis que ta musique était définie par ton humeur au moment de la création. Qu’elle était donc ton humeur lorsque que tu travaillais sur LWN ?

Intropsectif. Le dos au mur. Il y a un film sur Massillion qui s’appelle « Go Tigers ! ». Dedans j’ai un pote qui parle de comment tous ces mecs qui viennent de grandes villes comme Chicago ou New York se la ramènent avec leur fierté de venir de là-bas. Il dit « Je viens de Massillion ». Et cet album est sûr moi et là d’où je viens. Avec les hauts et les bas.

7. Dans LWN, tu fais des références à Nas et je sais que tu aimerais travaillé avec lui. A-t-il déjà eu vent de ton travail ? Est-ce que quelqu’un comme Jay Electronica vous a connecté ?

Je ne sais s’il a déjà entendu parlé de moi. Je sais que beaucoup de mecs dans l’industrie commencent à faire du buzz. Mais j’aimerais travailler avec lui.

8. Tu as travaillé avec Mos Def sur le titre « Aerials » pour l’album de Ski Beatz (morceau finalement enlevé de l’album pour des histoires de maisons de disque). Qu’as-tu ressenti au moment d’être en studio avec un des rappeurs qui t’a le plus influencé ?

Evidemment, c’est génial ! Mos m’avait poussé à continuer le Rap sérieusement après avoir entendu un de mes premiers morceaux. C’est à la fois un honneur et un privilège de le connaître et de travailler avec lui.

9. J’ai lu que Damon Dash t’appelait le « Larry Bird du Rap », et que toi-même tu disais te sentir proche de lui car tu veux toujours « essayer de gagner ». Qu’est-ce que « gagner » signfie pour toi dans cette industrie ?

Tout ce que je veux c’est atteindre mon rêve américain. La joie, la santé et amener le confort à ma famille et à moi-même. Que ma fille et ma femme soient en sécurité est une victoire pour moi.

10. A propos du basket, est-ce que tu suis la saison NBA ? Qui tu supportes et qui est ton favori pour le titre ? Quel est ton joueur favori ?

Je suis pour les Cavs et je vois bien Boston remporter le titre. Larry Bird reste mon joueur préféré donc je ne boycotterai jamais une équipe en vert. Aujourd’hui j’aime voir jouer Kevin Durant. C’est lui le meilleur pour moi.

11. J’ai lu que tu aimerais t’impliquer plus dans la charité. Tu collabores aussi avec des marques de vêtements (Nike NSW…) Avec toutes ces activités extra-musicales, est-ce qu’être rappeur est une finalité ? Tu pourrais tout stopper pour te lancer dans une autre voix ?

Le travail dans les œuvres de charité est très important. J’ai vraiment apprécier de participer à Writopia* à New York. Donner du temps et aider les enfants à faire fleurir leur intérêt et leurs talents est précieux. J’ai aussi lancé des idées de projets de lignes de vêtements. J’ai pas mal de surprises qui vont arriver.

12. Tu as décidé de te laisser pousser la barbe quand tu as débutés dans le Rap. Ca veut dire que tu peux être amener à la raser un jour ou est-ce lieu à ta spiritualité ?

Pour honnêtre pas vraiment. Je l’aime bien.

13. Peut-on attendre de nouveaux projets de ta part cette année ?

Vous pouvez en attendre plusieurs. Ils seront tous dingues.

* Massilion est la première ville des Etats-Unis à avoir eu une équipe professionnelle de Foot US.

* Ateliers d’écriture

Des grands remerciements à Ammo et Stalley.

With his new album Lincoln Way Nights (Intelligent Trunk Muzik), Stalley shows that he’s more than a rookie but already a mature and talented artist. Well surrounded in Bluroc, he stays a rapper with a clear and simple way to see his art without paying attention to the industry. Let’s learn more about him and LWN.

1. First, can you just tell us who Stalley is ?

Greetings, this is Stalley. Massillon, Ohio. 330. Basically, that’s me. I’m a man of my environment. I like classic American cars, basketball, listening to Nas and Bruce Springsteen. To be honest, I’m just a man with simple dreams. Stalley is a longstanding nickname, it comes from my lanky frame and how I was described by people that watched me hoop.

2. Can you describe us what that is to grow in Massillon, Ohio, a little city known for its football tradition and automobile industry ?

Massillon is a proud, blue collar city. It is a city that celebrates hard work, and celebrates true American values. Both things are evident in our love of football.

3.You started your Rap career only three years ago ? What do you think about your fast evolution ?

It is amazing. Fun fact… I’ve been growing my beard for the same length of time. I’ve been rapping for many years, but the serious push is just three years and the people I’ve met, not to mention places I’ve been, have been astounding. I’m working hard at it though, that is what accounts for fast evolution.

4. Can you explain us this double-title of your new project Lincoln Way Nights (Intelligent Trunk Muzik) ? How this title describe your album ?

Lincoln Way is a street in Massillon we used to ride up and down on a Friday night. The car is our ride, and the vehicle is also the channel through which I introduce you to my City. We are big on cars, and big on bass. 808s, you’ll here them throughout the record, and making the trunk slapp (which you’ll here in the lead single). It’s an autobiographical record, and its also a story about a blue collar American town.

5. For LWN, you worked only with Rashad for the production. Can you tell us about how you met each other for the first time and how this collaboration worked ?

We met through a mutual friend. He know what sound I was looking for and that Rashad could pull it off. We’re both from Ohio so the theme of Lincoln Way Nights resonates in both of us musically. It was an easy collaboration.

6. You said your music is influenced by your mood when you create it. So what was your mood when you created LWN ?

Introspective. Back against the wall. There is a movie about Massillon called “Go Tigers!” In it, my friend is talking about how all these folks say their proud to be from New York, or proud to be from Chicago. He says, “I’m from Massillon.” And, this record is about me and where I’m from. Ups and downs.

7. You do references to Nas in LWN and I know you would like to work with NaS ? Does he heard about you yet ? Does Jay Electronica connect you with him maybe ? I

don’t know if he has heard me yet. I know a lot of folks in the industry are starting to buzz, so hopefully. I’d love to work with him.

8. You worked on a track with Mos Def (“Aerials”) for Ski Beatz’ album. How did you feel about being in the studio with a rapper that influenced you so much ?

Obviously, it feels great. Mos pushed me to take rap seriously, after he heard an early record of mine. So, it is both an honor and a privilege to know and work with him.

9. I’ve read that Damon Dash compares you the “Larry Bird of Rap” and you said you feel close to him ’cause you still tryin’ to win. What “win” means to you in this Rap game ? (Have audience recognition, get a major deal…)

All I want is to achieve my American goal. Happiness, health, and comfort for myself and my family. My daughter and my mother being secure is winning to me.

10. About Basket-Ball, are you following the current NBA season ? What’s your favorite team for the title and the player that impress you the most at that moment ?

My favorite team is the Cavs. Boston to win, Larry Bird is my favorite player of all time so no team in green is ever on my hate list. Right now I enjoy watching KD the most. Durant is my man.

11. I’ve read that you would like to involve more in charity work. You also work with streetwear brands (Nike NSW…). With all these activities do you feel like being a rapper is a finality for you ? Or can you say someday that you stop all to involve in an other way ?

Charity work is really important. I have really enjoyed being part of Writopia in NYC. Giving time and helping kids see how their interests and talents can blossom is key. I’ve also kicked around ideas of clothing projects, so we’ll see. I have a few surprises coming soon too.

12. You decided to let your beard grow when you start your Rap career ? Does that mean that you’ll shave it off when you stop or is it connected with your spiritual beliefs too ?

To be honest, I’m not sure. I like it.

13. Can we expect a new project from you this year ?

You can expect a few projects, all of which will be amazing.

——————————————————————————————————————–

About the author

Adrien AkA Big Ad, Streetblogger (votre serviteur)

  • Orelsan raconte son eXpérience vécue avec Diversidad
    Orelsan raconte son eXpérience vécue avec Diversidad
  • J Dilla: Still Shining Documentary
    J Dilla: Still Shining Documentary

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>