C’était il y a bien longtemps où à cette date c’était la femme que l’on honorais. Depuis la dernière révolution féminine de Septembre 2074, qui marqua le changement radical de notre système en une société matriarcale et entièrement géré par des femmes au plus haute instance du pouvoir et de l’économie. Et ce pour quoi aujourd’hui en ce jour festif, voilà bien une ironie, je rappel à ma mémoire l’homme qui jadis mettais à l’honneur ces femmes. J’oserai dire même de la manière don je l’ai entendu auparavant, suffira t’il d’une journée pour honoré les hommes, les pères, et époux?

Ce qui s’en souviennent, savent qu’avant l’on utilisais le nom de maîtresse dans deux cas majoritairement: celui de l’institutrice ou celui de nos amantes. Que tout cela à bien changé, maintenant, nos maîtresse sont les femmes du services de surveillance de proximité, instauré suite à la loi dite “N’Deye”, nom de notre dernière présidente de l’union N’deye Sokna Gueye. Il y avait aussi, ce groupe don je ne me souviens plus trop le nom, qui scandais dans leur chansons un “Girl Power” frénétique et qui bien des années plus tard fût repris comme hymne par le parti politique P.G.U, “Powerful Girl United”, qui pris part à la  fin de  l’hégémonie et la main mise des hommes dans les affaires économique et social du pays.

C’est ainsi que le vielle homme que je suis s’exprime, avec un souvenir assez diffus d’un temps où l’homme symbolisait bien plus qu’un être biologique. Les femmes sont au pouvoir ! Fort loin  dans mes souvenirs d’école, je me souviens que l’on nous apprenait que le travail des femmes était soumis à l’aval de l’époux ou alors que le vote républicain  et démocratique nous était uniquement réservé. Les prémices de ce renversement d’autorité nous étaient bien flagrant, mais nous n’y avons prêté aucune attention, je l’avoue. Qui se souvient encore de “Queen Latifah” en tant que rappeuse car, il n’y a pas si longtemps, 2038, je crois,, après avoir monter l’actuel empire multinationale qu’est Butterfly Inc. elle instaurera, avec l’aide de Hope Winfrey, petite fille d’Oprah et Marta  Sissoko, fondatrice du Mouvement Eurasien du Droit des Femmes, la relégation du travail des hommes à de simple besognes, sous le prétexte que nous avions déclenché guerres et destructions de l’environnement. Les conflits ne sont plus, la nature à repris ces droits, après la création de l’Union des Etats Africain, qui devinrent le pays que nous connaissons aujourd’hui, nous avons également la plus forte croissance économique de ces vingt dernières années, loin devant la Russochine,  la Turqueurope ou même les Etats Unis d’Amérique Latine. Une fulgurante ascension donc aussi bien industriel que culturel, mais avec le revers de la médaille, depuis que le clan “Mamy Wata”, groupement d’opposition, initia, en 2024, la plus cinglante des rébellion contre les biens et actifs masculin.

Et comment oublié, en parlant de ça, ce procès incroyable qui cèlera la domination féminine face à ces opposants masculin. Knowles vs Jay-Z, l’homme le plus riche de la planète, qui perdra quasiment l’ensemble de ces biens et ces acquis, face à son ex-épouse. Un procès retentissant, qui mettra à jour le vacillement de l’homme “roi du monde” et la consécration des plus hardies féministe. Rallié par de nombreuse femmes à son corps défendant, Mme Knowles, plus connus sous le nom de “Béyoncé”, du temps de ça jeunesse, lorsqu’elle était qu’une simple chanteuse de rythm and blues, déclenchera, l’ensemble des actions qui motiverons la création de nouvelles lois et du statut que nous avons tous aujourd’hui en tant qu’homme: V.A.P, “Viable A la Procréation”. J’ai été V.A.P classe 3, toute ma vie. Ma femme, mes co-époux et moi même avons vécue une bonne vie tout de même, assez confortable, sans réelles besoins et sans aucuns regets. Où peut être que si? N’est ce pas ce qui me motive mon propos si ce n’est pas là ce sentiment de regret ou serais se que nostalgie? En tout cas bien mal nous en pris. Les femmes sont là où elles souhaitaient être.  Au pouvoir ! Bien au delà des égalités réclamés durant le XXème et XIXème. Ce n’est qu’en cette unique journée donc que l’on peut se rappeler ces lointains souvenir d’une époque où l’on croyait qu’elles nous étaient inférieur. Dire qu’une propagande bien niaise avait essayé de renverser maladroitement cet état de fait, qui aujourd’hui nous est si habituelle.

Je ne sais ce que l’avenir sera, mais tant qu’il y aura des femmes, comme le disait cette vielle expression, elles proposerons pour que nous disposions. Je me répète, vieux nostalgique, surement. Regrettant une époque passé, peut être? Je veut à ce jour parler de ces époques comme si je les avais vécue, en parti seulement, alors que c’est mon père qui m’en parlais le mieux, j’étais si fan de Béyoncé étant gamin…

Sujet inspiré par Kadi. Merci.

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>