(Dé)compositions de My Dark Twisted Fantasy

« Et l’album Hip-Hop de l’année 2010 est décerné à Big Boi avec… » Stop, attendez une minute, je me permets d’intervenir brusquement. Je suis très content pour lui, mais Kanye West a réalisé l’un des meilleurs albums de rap de tous les temps. Je dois admettre, malgré ma réticence à vouloir suivre l’unanimité, que My Beautiful Dark Twisted Fantasy est LA sortie rap majeure de cette fin de décennie.

Ce cinquième album du natif de Chicago a été réceptionné par des critiques très élogieuses, dont un XXL de la part du mag US de référence, et des chiffres de ventes impressionnants. Impensable quand on s’aperçoit que les trois-quarts du tracklisting définitif sont des morceaux qu’il a offert gratuitement par Internet (sous-entendus non inédits) chaque vendredi via la vaste opération des GOOD Friday. J’imagine la suite, le même cérémonial que pour ses quatre premiers albums : Grammy Awards, MTV Awards, BET Awards, etc… sous les applaudissements révérencieux.

Décomposition du titre de l’album qui a coûté la coquette somme de trois millions de dollars à Def Jam :

My/Beautiful/Dark/Twisted/Fantasy. Une galerie d’art de onze pièces, auto-centrées sur la sainte personne de Kanye West, et qui se veut belle (beautiful), sombre (dark), malsaine (twisted) et fantaisiste. Le rappeur et producteur suit une évolution artistique en prenant un virage à 90° depuis la parenthèse de 808 & Heartbreak, mais pas la trajectoire qu’il avait en projet quelques années auparavant (quid de Good Ass Job?). Dans cette approche purement esthétique qui n’est pas sans imperfections, qui sont les siennes, Kanye a franchit certaines limites…

Description.

« Dark Fantasy » (prod. RZA, Kanye West & No I.D., co-prod Jeff Bhasker & Mike Jean)

Beautiful : cette ouverture en chorale chantant « can we get much higher » et qui revient pour le refrain.

Dark : la touche reconnaissable entre mille de l’abbé du Wu-Tang Clan, RZA. Kanye a fait appel à plusieurs autres producteurs pour la conception de cet album, dont des instrus de Madlib et Pete Rock qui n’ont pas été retenus dans la playlist finale.

Fantasy : le discours d’intro de Nicki Minaj et la présence dans l’assistance vocale de Teyana Taylor (petite protégée de Pharrell) et Amber Rose, sa bootylicious girlfriend avec qui il a rompu cet été.

« Gorgeous » feat KiD CuDi & Raekwon (prod. Kanye West, Jeff Bhasker & Mike Dean)

Beautiful : le sample de guitare électrique accompagné du piano de Mike Dean, pionnier du son Dirty South et producteur de Scarface.

Dark : la voix de Kanye et Raekwon, sur le quatrième couplet, semblent s’échapper d’un mégaphone.

Twisted : l’insatiable ambition de Yeezy, sa soif de réussite.

Fantasy : Hook très réussi de Cudder, simple et surréaliste comme à son habitude.

« Power » (prod. S1 & Kanye West, co-prod Jeff Bhasker, Mike Dean & Andrew Dawson)

Beautiful : ce mélange d’échantillons, entre rock psychédélique, claps des mains et « Afromerica », avec S1 des Strange Fruit Project à la co-réalisation de cet instrumental colossal.

Dark : des lyrics hardcores à la (dé)mesure de l’égo de Kanye le dark Ceasar qui trippe en se voyant comme une « abomination of Obama’s nation ».

Twisted fantasy :la fin du morceau est marqué par le passage de Dwele, qui invite Kanye à une belle mort en sautant par la fenêtre.

« All of the Lights » (prod Kanye West, co-prod Jeff Bhasker)

Beautiful : chanson précédée par une magnifique introduction avec du violon et au piano, mister Elton John en personne. Commence alors cet incroyable up-tempo accompagné par une symphonie de cuivres triomphaux et des choeurs emmenés par les voix de Rihanna au refrain, Drake (dont le couplet a été supprimé), The-Dream, Ryan Leslie, Bon Iver, Alicia Keys, Elly Jackson (La Roux), Charlie Wilson, Tony Williams et John Legend. Quel beau monde !

Dark twisted : Kanye raconte l’histoire d’un homme perdu et qui finit par tout perdre, sans renoncer à se battre, quelle qu’en soit la manière.

Fantasy : le passage de Fergie après les trois couplets.

« Monster » feat Rick Ross, Jay-Z & Nicki Minaj (prod. Kanye West, co-prod. Mike Dean & Plain Pat)

Dark fantasy : comme son nom l’indique. Soit un beat est sauvage et monstrueux, avec des caisses qui claquent, sur lequel chaque MC se prend pour King Kong au mic, tout en puissance. Perf un peu en retrait de Jigga, contré par une prestation délirante de la femelle Minaj, qui surjoue un peu trop.

« I’m So Appalled » feat Swizz Beatz, Jay-Z, Prynce Cy Hi, Pusha T & the RZA (prod. Kanye West & No I.D., co-prod. Mike Dean)

Beautiful : de nouveau un instru grandiose en long-format avec un schéma couplets-refrains assez spécial (Swizz Beatz et RZA ne font que le reprendre). Apparition remarquée de Pusha T et Prynce Cy Hi, les deux nouveaux signataires de GOOD Music.

Dark twisted : tout est dit dans le refrain, « champagne wishes, thirsty white bitches, I mean the shit is fucking ridiculous ».

Fantasy : est-ce ce refrain qui a inspiré l’affreux dessin censuré, où l’on voit Kanye nu une bouteille à la main et une femme phoenix assise dessus ?

« Devil in a new Dress » feat Rick Ross (prod Bink!, co-prod Mike Dean)

Beautiful : très belle exploitation de Bink! d’un sample de Smokey Robinson, avec un supplément de guitares électriques avant le passage de Rick Ross.

Dark twisted fantasy : le diable s’habille en Prada, Kanye continue de faire allusion aux vices, aux tentations, aux péchés qui le pervertissent.

« Runaway » feat Pusha T (prod. Kanye West, co-prod Emile, Jeff Bhasker & Mike Dean)

Beautiful : des notes de piano toutes simples qui forment une très belle mélodie, assombri par un breakbeat et la mélancolie de Kanye.

Dark : le couplet de Pusha T et les lyrics inhabituellement hardcores de Mr West qui n’est décidément pas l’homme romantique qu’il aurait aimé être.

Twisted : Les premières rimes sont pour le moins troublantes : « she finds pictures in my email, I sent this girl a picture of my dick ».

Fantasy : le morceau en lui-même dure neuf minutes, rallongé par l’outro autotunée de Kanye. Le clip, véritable curiosité, s’éternise pendant 35 minutes. Espérons qu’avec ça, il gagne un MTV Video Music Awards sinon il risque de taper un scandale.

« Hell of a Life » (prod. Kanye West, co-prod No I.D. & Mike Dean)

Dark : ambiance torride et infernale du morceau, un sample de Black Sabbath, des synthés graves, des coups de feux et des références diaboliques encore, en mariant « pussy and religion ».

Twisted : textes libidineux de Kanye qui perçoit l’amour dans une folle nuit avec une bombe sexuelle. « Married in the bathroom, honeymoon on the dancefloor, and divorce by the end of the night ».

Fantasy : le passage érotique « fuck with the lights on », chaud et bouncy !

« Blame Game » feat John Legend (prod. Kanye West & DJ Frank E, co-prod Mike Dean)

Beautiful : cette mélancolie dans la mélodie de piano et ce refrain de John Legend.

Dark twisted : question encore de rapports avec des filles qui ne mènent nulle part.

Fantasy : le dialogue de fin de Chris Rock que je vous laisserai écouter pour comprendre.

« Lost in the World » & « Who Will Survive in America » (prod. Kanye West, co-prod Jeff Bhasker)

Beautiful : une épopée en guise conclusion logique de My Beautiful Dark Twisted Fantasy, entre percussions africaines, autotune, avec un refrain tout en choeur. La chanson est une conséquence du traumatisme de 808’s & Heartbreak. Kanye reprend « Comment n°1 » de Gil Scott Heron pour illustrer la fin de ce fabuleux album. Je n’irai pas jusqu’à dire que Kanye est au sommet de son art mais qu’il amène la culture hip-hop vers de plus hauts sommets, en la rapprochant de la musique pop.

About the author

Ex-rédacteur/chroniqueur pour Rap2K.com et... biométricien !

  • Top 2(0) des sons de 2010 (Mix, Vidéo, Article et mp3)
    Top 2(0) des sons de 2010 (Mix, Vidéo, Article et mp3)

1 Comment. Leave your Comment right now:

  1. Pingback: Les tweets qui mentionnent StreetBlogger » (Dé)compositions de My Dark Twisted Fantasy -- Topsy.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>