Je ne peux pas tirer sur mon épouse devenue zombie. Doit-on refaire sa vie avec un autre homme, lorsqu’on croit que son mari a été dévoré par un zombie ? Tant d’interrogations dignes d’un « Jour après jour » post invasion de zombie. Une période totalement fictive me direz-vous. C’est vrai, alors « The Walking Dead » se charge d’y répondre. Vous l’aurez compris, cette nouvelle série diffusée sur la chaîne AMC, parle bien de zombies. Alors que le grand écran s’est déjà chargé d’une multitude d’essais dans le genre, « The Walking Dead » est la première série qui s’intéresse à nos semblables amateurs de chair humaine ! Alors que doit-on attendre de ce nouveau format, dans un genre ultra codifié, toujours au bord de l’usure ?

A quel type d’invasion a-t-on affaire ?

Comme dans beaucoup de films du genre, les zombies ont envahi le monde, où la région d’Atlanta en tout cas,  à cause d’un virus aux effets dévastateurs. Bien sûr la transmission se fait par morsure, si les victimes ont la chance de ne pas se faire dévorer directement par les « walkers » (marcheurs), nom des zombies dans la série, d’où le titre d’ailleurs. Sur un plan géographique, le premier épisode nous emmène à un échelon local, dans la région d’Atlanta dans le très ensoleillé Etat de Géorgie. On ne connaît pas encore l’ampleur de l’épidémie mais le nombre élevé de cadavres peut laisser entrevoir une invasion assez conséquente.

Le type de zombie ?

Alors à quel type de zombie a-t-on affaire dans « The Walking Dead » ? Aura-t-on le contaminé dopé de « 28 jours plus tard », le zombie mollasson de Resident Evil qui gagne quand même 20 mètres à chaque changement d’image, ou bien le mollasson et con de « Shaun of the Dead ». Ici, le zombie est assez lent mais garde une très bonne vitalité en présence de viande fraiche. Comme dans beaucoup de film du genre, il sort plus la nuit avec ses amis pour zoner à la recherche de proie. Par contre attention il a un très bon sens auditif qui lui permet de rappliquer assez vite lorsqu’il entend un bruit de voiture ou de déflagration type revolver. Comme souvent il aime chasser en meute et est capable de dépecer un cheval en trois minutes. Si la plupart d’entre eux semblent dans un état assez végétatif lorsque la viande vient à manquer, certains ont l’air d’avoir des facultés intellectuelles un peu au dessus de la moyenne. Notre héros croise d’ailleurs plusieurs fois le regard d’un zombie faussement ressemblant à Heath Ledger dans le rôle du Joker. Attention donc, il ne pourrait pas être exclu qu’ils communiquent entre eux ou puissent anticiper les initiatives des humains.

Les survivants

Alors là gros soucis. Tout comme dans « 28 jours plus tard », Rick Grimes, notre shérif-adjoint se réveille après plusieurs jours de coma dans un hôpital désert. Bon très vite il se rend compte qu’il n’est pas seul mais tout de même on notera ce manque d’originalité de la part des scénaristes qui partaient pourtant du comics du même nom pour installer leur histoire. Les autres survivants qu’on aperçoit dans ce premier épisode sont loin d’être en position de force face à l’invasion. La plupart sont terrés dans des maisons ou dans les bois. Bref peu d’indications sur l’état des forces humaines comme assez souvent dans ce genre.

Le décor

Atlanta en mode désert, ça rappelle encore Londres dans « 28 jours plus tard » non ? Le film de zombie est souvent une invitation au voyage, tant les survivants sont invités à fuir de nombreuses fois. Notre série ne déroge toujours pas à la règle. Ici la jolie campagne du début du Sud des Etats-Unis paraît bucolique, puis beaucoup moins quand on y trouve des cadavres déchiquetés. Pareil pour la jolie ville paisible où œuvre notre shérif. Mais des zombies-troncs ont tendances à traîner un peu trop sur les pelouses du parc municipal. On est loin de l’opération « Je garde ma ville propre ». Décidemment les zombies sont de très mauvais citoyens.

Ce premier épisode de « The Walking Dead » donne donc aux fans du genre ce qu’ils sont venus chercher. Pourtant on ne peut s’empêcher de s’interroger sur la durée d’une série comme celle-ci dans un genre tellement codifié qu’il en est devenu sans surprise. C’est sur ce point précis que « The Walking Dead » sera jugé par le public et la critique. On attend de voir ce que les scénaristes nous ont réservé pour la suite.

About the author

Adrien AkA Big Ad, Streetblogger (votre serviteur)

  • Rétrospective Music, Cinema & Comics 2010
    Rétrospective Music, Cinema & Comics 2010

1 Comment. Leave your Comment right now:

  1. Pingback: Les tweets qui mentionnent StreetBlogger » Des zombies en série -- Topsy.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>