Un film qui me laisse perplexe. Cet opus de 1975 de Lee Frost est un film dont la signification m’échappe. Le général Ahmed, chef d’une organisation noire révolutionnaire nommée l’armée du peuple, est incapable de faire face aux assauts des hommes de main de la mafia locale. Deux d’entre eux molestent et violent l’infirmière qui travaille au dispensaire géré par l’organisation révolutionnaire. Un des soldats du groupe, le colonel Kojah, propose au général de créer une unité formée pour répondre à la violence des hommes de la mafia. Legénéral donne son accord, dès lors tout ira de travers. L’unité en question, après avoir émasculé un des violeurs va éliminer un à un les hommes de main pour reprendre les activités de la mafia, racket, prostitution, ventes de drogues etc.

Finalement l’unité va construire son propre quartier général où leur vie oscillera entre entraînement et orgies, pour les dirigeants, au bord de la piscine.

Jusqu’ici rien d’extraordinaire, les histoires de groupuscules révolutionnaires plus ou moins corrompus est assez commune, d’ailleurs Walter Mosley en livre une de très bonne facture dans un livre plus récent, il date des années 2000, intitulé Le Casseur.

Là où le film interpelle c’est que le réalisateur compare les révolutionnaires, le groupe qui dérive, à la Gestapo. On peut voir une scène dans laquelle le colonel Kojah, qui a pris bien plus qu’au pied de la lettre sa mission de constituer une unité chargée d’assurer la sécurité de l’armée du peuple, s’adresse à ses troupes qui le saluent en levant le poing à la façon d’un salut nazi et l’on entend en fond sonore le tristement célèbre “Sig Heil” scandé par les troupes d’Hitler.

L’armée du peuple est une allusion trop évidente à des organisations comme celle des Black Panthers, les noms Ahmed et Kojah sont à la fois une référence aux Blacks Muslims et aux autres organisations de nationalisme culturel, comme celle de Gus Dinizulu par exemple. Que veut nous faire comprendre Lee Frost, que les groupuscules révolutionnaires des années 70 sont semblables aux nazis allemands ?

C’est une comparaison assez audacieuse que j’ai trouvé nauséabonde, mais chacun se fera son idée en regardant ce film.

A noter la présence de Rod Perry dans le rôle du général Ahmed qui avait aussi le rôle principal dans The Black Godfather de John Evans l’année précédente.

About the author

3 Comments. Leave your Comment right now:

  1. by Sidy

    http://www.streetblogger.fr The Black Gestapo:
    Un film qui me laisse perplexe. Cet opus de 1975 de Lee Fro… http://bit.ly/9NiEW8 A Lire ! #yam

    This comment was originally posted on Twitter

  2. by Sidy

    The Black Gestapo: Un film qui me laisse perplexe. Cet opus de 1975 de Lee Frost est un film… http://goo.gl/fb/v8JTI

    This comment was originally posted on Twitter

  3. Pingback: Les tweets qui mentionnent StreetBlogger » The Black Gestapo -- Topsy.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>