Chose promise, chose due : les Roots rempilent pour quatorze nouveaux titres, atteignant maintenant leur 156e chanson au total. La bande à ?uestlove et Black Thought en sont, avecHow I Got Over, à leur 11e album, leur 3e chez Def Jam. C’est qu’on ne voit plus le temps passer après plus de vingt ans d’existence, les live en direct du talk show Late Night Jimmy Fallon Show,…

Heureusement How I Got Over reprend là où les Roots nous avait laissé, sur la note positive deRising Down avec le constrastant « Rising Up », repassant de l’ombre à la lumière comme on est passé du gouvernement Bush à Barack Obama. Le changement dans la continuité en somme.

Alors que les Roots entament le passage vers la sortie du tunnel, leur meneur de MC et la clique qui l’entoure (Dice Raw, P.O.R.N et Truck North) lancent des sujets aux nombreuses zones d’ombres, accompagné de notes de piano pour « Walk Alone », et des Monsters of Folk sur « Dear God 2.0 » qui peint un tableau du monde dans lequel on vit, très sombre et très triste. La crise, la récession, les tensions de par le globe, autant de phénomènes liés à l’humain qui nécessitent des prières modernes. Les éclaircies arrivent avec « Radio Daze » et « Now or Never » qui figurent deux rappeurs réputés du milieu hip-hop indépendant, Blu le jeune prodige et l’expérimenté Phonte (des Little Brother, inutile de préciser), deux personnages que l’on retrouve sur le lumineux « The Day », chanson rap illuminée par Patty Crash, précédée d’un magnifique interlude J Dillien totalement créé par l’orchestre hip-hop ! Clin d’oeil à leur mixtape Dilla Jawns.

On peut reprocher aux Roots de faire du Roots, mais c’est leur vie, leur travail, leur métier et le minimum qu’ils puissent faire, c’est un très bon album, comme c’est le cas de How I Got Over. Cet opus a suivi quelques avancées, comme Black Thought chantant sur « How I Got Over », le single principal qui définit clairement leur style actuel. Je n’arrête pas de le répéter mais ce gars-là est le MC le plus sous-estimé du rap game. Ils dérogent même à leur règle zéro samples. Or c’est ce qu’ils réalisent pourtant sur « Doin’ it Again » en utilisant empruntant un échantillon de « Again » de John Legend. Et ils font ça à merveille puisqu’ils requinquent le piano-voix d’origine en une puissante track. Bref ce n’est pas tous les jours qu’ils font du sampling en bonne et due forme et le résultat est saisissant. Titre suivant, « The Fire » invite cette fois John Legend pour de vrai, en chair et en os, pour cette chanson dont le message est de redonner confiance en soi pour raviver cette flamme intérieure qui nous sert de guide. C’est alors que logiquement arrive l’interlude « Tunnel Vision », qui indique la sortie.

La fin de How I Got Over est déconcertante, ça peut être une bonne comme une moins bonne chose. C’est le moment où les Roots se décident à innover et indiquer, pourquoi pas, la direction à venir. Le beat efficace et original de « Web 20/20 » et le featuring Peedi Peedi (fraîchement sorti de prison) font oublier un titre ma Foi dépouillé. La bonus track « Hustla » est beaucoup plus particulière, un synthé de voix autotuné? Qu’est-ce que c’est? Une collaboration avec le producteur anglais Diplo ! Réponse et esquive.

About the author

Ex-rédacteur/chroniqueur pour Rap2K.com et... biométricien !

  • J Dilla: Still Shining Documentary
    J Dilla: Still Shining Documentary

3 Comments. Leave your Comment right now:

  1. by Sidy

    http://www.streetblogger.fr La 11e des Roots:
    Chose promise, chose due : les Roots rempilent pour quatorze… http://bit.ly/bm4JZt A Lire ! #yam

    This comment was originally posted on Twitter

  2. by Sidy

    La 11e des Roots: Chose promise, chose due : les Roots rempilent pour quatorze nouveaux… http://goo.gl/fb/YVGXQ

    This comment was originally posted on Twitter

  3. Pingback: Les tweets qui mentionnent StreetBlogger » La 11e des Roots -- Topsy.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>