Le boss de Cash Money Records l’a dit et répété un millier de fois sur Pricele$$, il veut amasser de la monnaie, encore et toujours plus de monnaie. Vingt ans que ça dure! et malgré les aléas de l’industrie du disque et les dures loi du rap game, les comptes de CMR n’ont jamais été aussi bien remplis. Sans même avoir besoin de vivre de ses royalties, Brandon ‘Baby’ Williams a/k/a Birdman le #1 Stunna s’en met plein les poches. Pour ça il peut être très fier de sa poule aux oeufs d’or, celui qu’il considère comme son fils spirituel, le rappeur n°1 aux US, celui qui figure en featuring avec tout le rap game, l’ogre, l’hyper-productif, l’omniprésent, Lil Wayne. Certains puristes du son Dirty South regrettent la grande époque de Cash Money, avec les Juvenile, les productions de Mannie Fresh, etc…, les temps changent et Weezy perpétue le cycle à son tour avec Young Money Entertainment, sa structure fondée en 2005 et en licence chez… Cash Money évidemment. Mo’ cash money.

Young Money Millionnaires

La voilà la fine équipe ralliée autour de Lil Wayne : un club de jeunes rappeurs et chanteurs millionnaires avant l’heure (de gloire) propulsés par le buzz gargantuesque de leur patron.

  • Drake : plus la peine de le présenter. L’ex-star de la télévision canadienne reconverti dans le rap et converti à l’autotune opére une percée phénoménale avec sa mixtape So Far Gone (un savant recyclage d’instrus r&b ressemblant vaguement à 808’s & Heartbreak de Kanye West). Rentrée 2009, il sort « Forever remix » avec Kanye, Weezy et Eminem, et son single « Best I Ever Had ». Gros carton. Depuis, il a pris la grosse tête depuis que les magasines cainris et même Jay-Z le voient comme le next big thing. Surtout que les rumeurs laissent entendre qu’il ghostwrite pour son mentor (à moins que ce ne soit l’inverse…);
  • Nicki Minaj : cette rappeuse bitchy provenant des quartiers du Queens vient à peine d’être official qu’elle pose déjà sa voluptueuse plastique aux côtés de Robin Thicke, Usher, Ludacris et Mariah Carey ! Très douée avec sa langue et son flow, personne ne sera étonné par ses lyriXXX. Impossible de la louper, il suffit de suivre les filets de bave…
  • Mack Maine : lui c’est le président de Young Money. Businessman mais aussi rappeur, un Birdman bis mais avec plus de talent au micro.
  • Jae Millz : éternel rookie new-yorkais depuis 2005 à la mixtapographie conséquente, ce MC Eastcoast a vu ici l’opportunité de pouvoir sortir son premier album. Sûrement le meilleur d’entre tous, on se demande comment il a bien en arriver là. Lui-même doit se poser la question mais on espère sincèrement qu’il va connaître le succès.
  • Tyga : ce protégé de Lil Wayne est également celui des Gym Class Heroes. Il a déjà sorti un album deux ans plus tôt et dont le succès n’était pas au rendez-vous. A vrai dire la direction de cet album était hasardeuse, il y a des mélanges qui ne fonctionnent pas auprès du public.
  • Shanell : l’autre bombe anatomique de Young Money montre une préférence pour les chansons rock. On la retrouve sur l’unique titre ckeuro de cet album-compilation (« Play My Band »), ainsi que sur une bonne partie de Rebirth (j’y reviendrai plus bas).
  • Les autres : dans la famille des Lil, les minots Lil Twist et Lil Chuckee. Un préfixe sans originalité mais qui s’explique par leur âge précose. On les retrouve ensemble sur « Girl I Got You ». On comptera aussi sur T-Streets et Gudda Gudda qui essaient de participer un max.

La team Young Money n’a pas l’image d’un groupe fraternel comme le Wu-Tang (par exemple), chaque membre est lié par le contrat juteux qui les unit au label. Weezy demeure le centre de gravité (il est présent sur 14 des 15 titres), se permettant une échappée avec son futur voisin de cellule Gucci Mane. Mack Maine et Jae Millz tirent leur épingle du jeu, ce qui n’étonnera personne vu leur background, ainsi que Nicki Minaj qui en fera bander plus d’un avec sa plastique de rêve qui occulte les Lil Kim et Trina. Drake paraît plus effacé qu’il n’y paraît, il ne se présente que sur le tube « Bedrock » et aussi le r&b « Every Girl ». Cette compile contient de bons titres (« Roger That », « Pass Tha Dutch »), sans trop de fond et avec une vibe sudiste efficace il va de soi (les productions sont signées Kane Beatz, Tha Bizness, David Banner…). Il leur juste manque un producteur ‘maison’ qui pourrait leur offrir un son ‘maison’, comme pour les Ruff Ryders, G Unit ou Roc A Fella. Et Cash Money. Pour le récap’, We Are Young Money de Lil Wayne et ses copains-copines est une bande-annonce présageant prochaines sorties du label pour 2010/2011 (Thank Me Later de Drake notamment) dans le but de créer un sentiment d’attente.

Yeah, I wanna be a rock star !

Rebirth est un comme gros caprice de star, celui d’un rêve de gosse qui se concrétise. Lil Wayne est au top, il est adulé, détesté, il rappe partout, n’importe où, n’importe comment… Après l’autotune, voici sa nouvelle lubie : se prendre une pour star du rock. Weezy vit de sexe, de drogue, d’alcool, il ne manquait plus que le rock’n roll. Son album rock, il n’a pas déconné, il l’a vraiment fait. On ne sait plus ce qu’il cherche à prouver en sortant un disque tout sauf rap, et pour conquérir les campusiens fanas de pop/rock, c’est pas gagné non plus. Les singles « Prom Queen » et « Da Da Da » reflètent absolument le contenu : euuuuh… comment dire… Il y a des moments où à force de relativiser, on finit par apprécier les raps de Weezy, ou le passage d’Eminem sur « Drop The World » et il arrive que certains titres soient écoutables (« Runnin’ » et le nerveux « Ground Zero » produit par Patrick Stump des Fall Out Boys). La majorité des producteurs sont tous hip-hop (JUSTICE League, Cool & Dre, Tha Bizness), ce qui est incroyablement surprenant vu le résultat, ils sont littéralement transmutés. On notera également la participation du super batteur Travis Barker, dont le talent se voit gâché par une piètre prestation du pseudo-rockeur Kevin Rudolf (même Weezy fait mieux, c’est dire).


Le gros point noir : il faut supporter sans cesse la voix autotuné à l’haleine codéinée de Lil Wayne. Pour la distraction, la chanteuse Shanell dévoile ses charmes quant ce n’est pas sa young moula Nicki Minaj présente sur « Knockout » dans une interprétation d’Avril Lavigne en salope. Se prendre pour une rock star, entre nous, c’est juste un effet de mode. De toute façon, quand on s’appelle Lil Wayne, on peut tout se permettre, tout ce qu’il fait tout le monde trouve ça super alors… Le voir dans un trip à la Guitar Hero pour de vrai, ce n’était pas si impensable. Un crossover totalement autodidacte qui a trouvé près de 400 000 preneurs aux US à l’heure qu’il est.

Ouverture sur l’Europe

Comme je le disais plus haut, hormis Lil Wayne, le roster de Cash Money Records n’a plus rien à voir par rapport à il y a dix ans. Outre Kevin Rudolf et Birdman himself on peut compter sur une nouvelle recrue, le chanteur Jay Sean, qui a sorti en Novembre All or Nothing. Cet album a connu un succès correct aux States, il a gagné sa place dans les airplays français et plus encore en Angleterre. Normal, cet indien d’origine est originaire du Pays de Sa Majesté. Malin ça, Cash Money jette son emprise sur le marché européen… Baby amasse dollars ET euros. Bref, Jay Sean en est à son troisième album et il est très célèbre en Angleterre où il a reçu de nombre de MOBO Awards (les victoires de la musiques anglo-saxons). Big Ad, qui a passé un séjour là-bas récemment, ne me contredira pas sur ce point.

Après coup, on comprend vite les raisons de son succès : le mec chante bien, sans bidouillages vocaux ou autres robotisations. Il est très pro. Pour le style, Jay Sean se complaît dans un r&b de synthèse non-soul assez… américanisé. Si je ne savais pas qu’il était anglais, j’aurai sûrement cru qu’il venait de Miami ! Il est évident que All or Nothing a pour vocation d’avoir un maximum de morceaux dans les playlists et vu sa qualité, on pourrait parier qu’on passera l’été avec lui. Remarquez, avec son single « Down » avec Lil Wayne, Jay Sean est devenu international (à prononcer avec l’accent cainri). Grâce à l’appui de son label, il peut également s’autoriser des connexions transatlantiques avec les fêtards Sean Paul et Lil Jon sur « Do You Remember ». Dommage qu’il n’en ait pas profité non plus pour se faire payer un producteur US, car chaque morceau ressemble au précédent ou encore celui d’avant et ainsi de suite… En prenant deux-trois titres au pif (« Fire », « Stuck In The Middle »…), on a écouté tout l’album. Tout de même, même si on devine que cette signature est une opportunité pour Cash Money, elle l’est également dans l’autre sens : voir que des labels américains s’intéressent aux artistes européens est une bonne chose pour nous.

Mo’ Millionnaires

Plus la peine de vivre de ses propres royalties, Birdman peut se frotter les mains, son empire n’est pas près de sombrer. C’est toujours une puissante machine qui semble avoir repris un coup d’accélérateur grâce à Lil Wayne (qui songe déjà à sortir The Carter IV dès qu’il sera libéré dans un an) et ses young moulas, les artistes hors-rap (Kevin Rudolf) et européens (Jay Sean). Et ce n’est pas fini par Freeway, transfuge de Roc A Fella, et le chanteur/producteur Sean Garrett, viennent de rentrer au catalogue.

About the author

Ex-rédacteur/chroniqueur pour Rap2K.com et... biométricien !

  • Top 2(0) des sons de 2010 (Mix, Vidéo, Article et mp3)
    Top 2(0) des sons de 2010 (Mix, Vidéo, Article et mp3)

3 Comments. Leave your Comment right now:

  1. by MrBigglio

    Tu n'as pas parlé de Bow Wow qui a signé sur Cash Money également il me semble…

  2. Pingback: StreetBlogger » Success-story

  3. Pingback: Success-story :: Streetblogger Radio

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>