De plus en plus sollicité par les rappeurs underground pour ses talents de producteur, de mixtape DJ et d’animateur de la scène de Boston, Statik Selektah a su faire son trou confortablement dans le rap game. Contrairement à certains dont le buzz se limite à crier son nom sur des instrus qui ne sont pas les siens et à tirer partie de son iPhone rempli de numéros de célébrités (hein DJ Khaled), Statik Selektah contribue vraiment à la scène hip-hop.

Si à chaque fois que son nom apparaît dans les crédits est un signe de qualité, ses albums sont eux surveillés de très près par les amateurs de bon son, car non seulement il réunit la crème des MCs Eastcoast (et pas seulement) mais on peut suivre sa progression en tant que producteur. 100 Proof (The Hangover), sa troisième mise à jour, est tout logiquement sa meilleure fournée à ce jour.

Passé le blabla introductif (un dialogue de film que je ne sais même pas c’est lequel), Bun B et Wale se retrouvent pour la seconde fois (la première étant « Mirror Mirror » sur Attention Deficit) en compagnie du chanteur Colin Munroe sur le laid-back « So Far, So Close ». Statik Selektah possède ce flair incroyable pour choper des samples magiques, comme celui de « Come Around » (réunissant les bêtes microphoniques Termanology et Nickel Nine a.k.a. Royce Da 5’9), « Fake Love », « Drunken Nights », ou alors ce superbe piano jazzy de « The Thrill Is Gone », un instru nostalgique nous ramenant à la fin des années 90 , où Talib Kweli et Styles P mettent le doigt sur ce qui ne va plus aujourd’hui dans le rap.

Son autre point fort est de créer des combinaisons mortelles de MCs, comme Saigon, Sean Price et Lil Fame sur « Critically Acclaimed », Lil Fame à nouveau, Havoc des Mobb Deep et l’infatigable dinosaure Kool G Rap sur « Do It 2 Death », ou encore Freeway avec Red Café et Masspyke Miles (« Night People »), les petits nouveaux Kali et Novel… D’autres combos paraissaient évidents, comme Skyzoo et Torae issus de la caserne Duck Down (plus Rapper Big Pooh pour « Get Out »), les mecs de Boston Terma et Reks (« Fake Love »), de même que la réunion d’Evidence et Fashawn représentant l’ouest sur « The Coast », tout près des Souls of Mischief au complet sur le très bon « Laughin’ ». Quelques rappeurs ont l’opportunité de se trouver seul au microphone, il y a Consequence avec « Life is Short », histoire de nous faire languir jusqu’à la sortie de son second disque, et Termanology sur « Eighty-Two », plaçant une rime promotionnelle pour son prochain album aussi.

Au fur et à mesure qu’on écoute cet album, il est clair que Statik Selektah a porté un soin tout particulier sur les beats, plus présents que sur ses précédents LP. On sent plus de relief, plus d’éléments dans les prods. Ce sont ces accumulations de petites choses qui font que les productions ont fait un bond significatif. Il suffit de tester la bombe « Follow We » des Smif-N-Wessun ou le morceau de Consequence, ça saute aux oreilles. Quand il faut meubler, le DJ nous gratifie de quelques scratches maison pour la forme, il n’a pas la technique d’un DJ Premier ou Jazzy Jeff mais il s’en sort plutôt bien en scratchant du Jay-Z ou M.O.P. C’est la saucisse sur la choucroute, c’est bien quand il y en a.

La même en mieux, voilà comment on peut parler de 100 Proof : des beats qui cognent plus forts, des guests impressionnants, du turntablism… Statik Selektah suit une progression constante, il n’a plus qu’à espérer qu’un jour, comme Jake One, il passe pro pour taffer pour des poids lourds. Mais pour cela, il faudra qu’il peaufine encore quelques détails, comme les scratches notamment, et trouver ce petit truc pour marquer définitivement sa patte, cette empreinte perso qui fait qu’on pourra dire « tiens c’est une prod de Statik Selektah » sans avoir la peine de jeter un oeil dans la tracklisting.

About the author

Ex-rédacteur/chroniqueur pour Rap2K.com et... biométricien !

  • J Dilla: Still Shining Documentary
    J Dilla: Still Shining Documentary

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>