Un matin je reçois un CD de LZO Records. Ça fait plaisir. J’ouvre l’enveloppe et je scrute la pochette qui tape d’oeil : un pélo avec une dégaine de pas content en train d’écrire sur du PQ avec des gants de boxe. Autant dire qu’il n’a pas l’air de faire dans la dentelle. Joint dans la lettre la fiche artiste de Taipan, décrit comme « le seul rappeur qui aurait eu sa place dans l’écurie Time Bomb de la grande époque ». Je ne demande qu’à voir ! qu’à entendre serait-il plus judicieux d’écrire.

Je feuillette les deux pages, je lis qu’il s’est fait connaître grâce au remix de « No Life » avec Orelsan et Nessbeal, qu’il est passé dans Planète Rap, mais ce n’est pas du tout : le keum est dans le circuit depuis 2001. Tiens donc, je vois même un commentaire quoté depuis le blog de Yellow Kid : « Un flow de psychopathe, une voix reconnaissable entre mille et des punchlines qui laissent les fesses rouges comme un couple SM tellement elles sont violentes et intelligentes : Taipan fait sans conteste partie du top 5 des Mcs français, point barre. » Je fais confiance mais je tiens à vérifier par moi-même.

Spectateur au premier rang, j’observe avec intérêt ce combattant lyrical sur le ring, avec mes protecs : on en prend plein la gueule. Où est l’arbitre ? Et l’entraîneur ? À terre, tous les deux aussi. Ce gars-là sort des rimes comme il respire sans aucun temps mort pendant 28 morceaux, avec une endurance remarquable puisqu’il tient la cadence pendant 72 minutes. Il n’a rien d’un amateur. « Je ne suis pas que le numéro 1, je suis le numéro 1, 2, 3, 4, 5 à la fois » (qui n’est pas sans rappeler une rime de Redman), « je tourne à une moyenne de 500 punchlines par album ». Il faudrait remplir une encyclopédie pour étudier toutes ses phases. En parlant de temps mort, on remarque un style égotrip à la Booba avec « Tu m’emmerdes avec ta musique », on sent qu’il a bien étudié les arcanes du défunt label érigé par Lunatic, Pit Baccardi et Oxmo. Le freestyle est juste un divertissement vu son niveau. Outre ses potes de micro, Taipan invite sur cette mixtape Soklak, Rachid Wallas et Lil Star, et des productions signées CHI, Lartizan, Homemade et DJ Mig-One pour ne citer qu’eux.

Trois côtes brisées, l’arcade droite explosée, les yeux boursoufflés, le nez cassé et une oreille arrachée (fallait s’y attendre), les dents crachées, les lèvres dégoulinantes de sang frais, des ecchymoses partout sur le visage et le torse, le coma n’est pas loin… Et tout ça n’est qu’une séance de training avec l’album Je vous aime prévu pour Février 2010 et sponsorisé par Hansaplast et Synthol. Trois mots d’amour pour ceux qui tiennent encore debout après la rafale de coups de ce Mormeck du rap çais-fran.

About the author

Ex-rédacteur/chroniqueur pour Rap2K.com et... biométricien !

  • DJ Wild Pich – Classics Hip Hop part II
    DJ Wild Pich – Classics Hip Hop part II

5 Comments. Leave your Comment right now:

  1. Pingback: Les tweets qui mentionnent StreetBlogger » Taipan boxe avec les mots -- Topsy.com

  2. by plb

    Bon projet mais un peu trop "freestyle" pour ma part

  3. Je suis impressionné par toutes ces informations utiles beaucoup plus intéréssant que prévu.Merci

  4. Pingback: StreetBlogger » Taipan nous aime, nous non plus

  5. Pingback: Taipan nous aime, nous non plus :: Streetblogger Radio

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>