Vous avez devant vos yeux l’une des meilleures sorties hip-hop indé de 2009, Boy Meets World, l’album d’une des meilleures révélations de l’année 2009, Fashawn, en compagnie d’un magicien de la production, Exile. Plus que le récit d’une enfance, celui de toute une vie, la vie d’un jeune rappeur très talentueux dont ce précieux album serait le rite initiatique vers l’âge adulte et un avenir plein de promesses. L’autre scène Westcoast (entre guillemets) nous a livré un joyau.

Le fait est que, Boy Meets World n’est pas le genre d’album que l’on décortique piste par piste et avec un descriptif et quelques arguments comme une banale chronique. D’abord ce n’est pas un terme approprié, ‘décortiquer’, parce que cet album possède une âme, un coeur, une mémoire, des émotions. Ça ressemble à un puzzle de souvenirs, de vieux rêves et de moments précis qui marquent une existence toute entière ou du moins qui ont déterminé l’homme qu’il est devenu aujourd’hui, un ‘young black male’ qui vient d’un milieu où la mort peut faucher à n’importe quelle heure de n’importe quel coin de rue. Pour faire court, Fashawn nous ouvre son livre de photo-souvenirs avec un instru d’Exile accompagnant chaque page.

Ensuite, bien que l’album s’écoute de manière très traditionnelle, avec selon vos goûts vos morceaux préférés et ceux que l’on aime un peu moins (c’est pareil pour moi), il y a quelque chose en plus d’indicible. Je parle de ce quelque chose qui fait qu’un album techniquement ordinaire point de vue production qui a l’air tout aussi ordinaire sur le plan lyrical (un rappeur qui raconte son quotidien) devient extraordinaire. C’est pourquoi Boy Meets World est un album de hip-hop qui n’a pas le traitement habituel. Je pourrais très bien vous parler de tel ou tel morceau, de la beauté des samples, de la qualité indéniable de l’écriture, des featurings (Blu, Evidence, Mistah FAB, Aloe Blacc…) comme je le fais usuellement mais ce serait comme si je racontais ce qu’il se passe dans l’album, ce serait ‘spoiler’.

Fashawn possède ce truc qui captive notre attention. Ce qu’il raconte concerne des tas de gens dans sa situation, vivant les mêmes conditions qu’il a vécu, on n’apprend rien de nouveau dessus. Pourtant, on l’écoute avec intérêt, on comprend même si on a du mal avec l’anglais, on ne manque pas une miette. Cet MC possède cette attitude réfléchie d’un backpackers et un flow très bien articulé, c’est une explication parmi d’autres je suppose. Les productions sont soignées et superbes, c’en est exaltant. Exile prouve que la bonne vieille formule beat+sample(+quelques ingrédients secrets) fait toujours des merveilles. Moi-même je me sens incapable de vous l’exprimer autrement, il y a des fois où il n’a rien d’autre de mieux à dire, rien de mieux qu’à faire qu’à écouter, simplement.

About the author

Ex-rédacteur/chroniqueur pour Rap2K.com et... biométricien !

    3 Comments. Leave your Comment right now:

    1. by Tode

      Merci pour cet article qui m'a permis de découvrir un excellent album…

    2. by Legz

      Un album qui s'écoute du début à la fin sans ennui aucun. Un bon MC dont les lyrics sont réfléchis. Perso, j'ai kiffé la chanson "Ecology"

    3. by plb

      C'est tout simplement le meilleur album de l'année 2009 pour moi

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>