monk

J’ai eu la chance de passer quelque instants avec le rapper Pharoahe Monch qui nous parle de lui, sa vision des choses, sa carrière… le tout sous un aspect spirituel. Cet homme est une vraie tête pensante qui se pose mille et une questions sur tout, dans le but de toujours être en adéquation avec lui même et surtout être maître de ses actes. Une très belle rencontre que je partage avec plaisir avec vous…

Salut, ici Pharoahe Monch du Queens, New-York. Je représente Pharoahe Monch, ça veut dire que je m’appelle Pharoahe Monch hahaha!

J’ai été seulement deux fois à Paris et lors ma deuxième fois, le show était tout juste incroyable! J’ai eu une bonne carrière avec « Organized Konfusion », nous avons fait trois albums et la première fois que j’étais à Paris, c’était pour mon show et c’est fort car c’était la première fois que les gens pouvaient me voir ici et la salle était un peu plus intimiste. Lors du dernier concert, la salle était plus balaise et c’était génial de voir autant de monde pour écouter ma musique.

C’était important pour moi de venir avec mes choristes pour apporter une âme et un aspect spirituel au show. J’essaie de les ramener le plus souvent possible avec moi!

J’ai commencé à rapper au lycée, j’étudiais le dessin qui est mon premier amour. Je dessinais tout le temps, c’est pour moi une période dorée mais je ne pouvais pas m’exprimer totalement à travers la musique avec le dessin donc j’ai changé pour la musique. J’étais à la maison avec mes parents et j’ai dit: « Je veux être un rapper » et ils m’ont répondu: « … Quoi??? » Mais ils l’ont accepté et m’ont soutenu…

Si je n’avais pas été rapper, avec l’expérience, je dirais que j’aurais fait quelque chose d’artistique quoi qu’il en soit car il y a tellement de manières de s’exprimer dans l’art, un tas de différentes passions dans le sport, un tas de différentes passions dans l’art, la musique. Je pense à la poésie, la danse , le chant, la sculpture, la peinture à l’huile, les livres… Toutes ces choses sont importantes et je pense que l’art nous inspire. Par rapport aux questions que nous nous posons, l’art nous inspire pour nous forger une opinion. Je pense que les personnes avec une opinion sont des personnes positives sur le plan scolaire en ce qui concerne les matières artistiques et il faut promouvoir l’art à l’école, ça permet vraiment de se faire sa propre opinion et à évoluer. En Europe, de part votre histoire, vous les européens vous êtes plus sujets à l’art en ce qui concerne la photographie, la peinture, la danse… C’est pour ça que les européens comprennent mieux des personnes comme: Cool Train, Miles, Nas, The Roots, Kweli, Mos…

Et à propos de Prince Po, allez-vous faire quelque chose encore ensemble?

Non. On a fini, on a fait un show il y a 10 ans qui circule sur le net, c’était énorme, mais plus d’album.

Il y a un festival dans le New-Jersey avec Cold Play, Beastie Boys, Q-Tip… Avec des « supa dupa rap things » (pour faire simple, que du bon rap!) où 70 000 personnes sont attendues. Ça va être un vrai challenge car je vais devoir écrire des textes et me souvenir de tout ce que j’ai pu faire et ce que je vais créer… un gros gros challenge que je suis impatient de faire! Le festival à lieu l’été en même temps que le Rock The Bells et ça serait cool de faire les deux.

Nous sommes en 2009, 10 ans après « Simmon Says » qui est l’un des hymne du Hip Hop (et là il fait Musclor!) Que représente cette reconnaissance pour toi?

Regarde moi… Regarde-moi!!! (il fait le beau tout fier!)

(Maintenant il est tout gêné, il met son visage dans ses mains!) Je suis vraiment fier, c’est une très bonne chose que ça ait marqué la musique Hip Hop. Cette chanson a été chanson de l’été, de l’année et je fus impressionné de voir la manière dont les gens réagissaient et réagissent encore dessus. Je suis bénit pour ça et je suis reconnaissant. Quant tu prends des personnes comme Big Daddy Kane, ils sont inscrits dans l’histoire et tout le monde a ses sons. Nous nous rendons compte à quel point c’est important pour notre culture Hip Hop qui est maintenant une culture mondiale et non juste une culture pour les « gens de couleurs »

Tu voulais sortir un album « Innervisions » mais il n’est jamais sorti…

Il s’est passé ce qui se passe souvent avec les labels quand tu essaies d’en avoir, il y a des sons qui ont été perdus, des mixes qui ne sont jamais sortis. C’était une transition entre Internal Affairs et Desire. Je travaillais sur quelque chose de plus spirituel et Innervisions tendait vers cela. Je compte sortir un album non officiel avec des sons de cet album. Je le mettrai gratuitement sur internet!

Black Milk

Quand tu as la sagesse de devenir un businessman dans la musique depuis un certain temps, tu as la chance de voir passé beaucoup de chose, et ta collection musicale ainsi que tes connaissances deviennent de plus en plus large. J’ai vu des gens comme: The Large Professor, Pete Rock, Q-Tip et Premiere. Ils sont arrivés à un point culminant aujourd’hui après une route laborieuse. Black Milk y est arrivé, et j’ai vu ça malgré son jeune âge et à ce niveau de talent, je ne peux qu’être fan (il sourit). On a travaillé ensemble en studio mais quand je suis à la maison, j’écoute ses albums et je suis comme un fan! (et il se met à danser) J’aime toujours le Hip Hop comme il est mais je peux me désabonner de certains artistes et être derrière d’autres, acheter et ouvrir leur album, regarder leur travail artistique, écouter chaque chanson et voir qui est sur telle ou telle chanson… Black Milk a ramené un certain feeling dans le Hip Hop et dans la musique selon moi et c’est pour ça que je le suis. J’achète ce qu’il fait, j’observe les couvertures d’albums, je vais à ses concerts et c’est une bonne démarche pour notre culture. Tu sais, c’est un très bon producteur et il voit comment mettre son talent à profit.

La musique Hip Hop

Dans le l’industrie musicale, c’est la même chose, c’est juste du business. Maintenant, il a des personnes toujours inspirées par les traditions. La musique Hip Hop a pris une nouvelle tournure. Le Hip Hop a toujours eu différentes origines: le jazz, chant culturels, techno… tout ce que tu peux prendre et faire par toi même. Voilà ce que le Hip Hop a toujours été. Le Hip Hop te mettra toujours en transe aussi longtemps qu’il sera, le bon, l’artiste et le mauvais. Il faut aller vers ce qui est bon, c’est une éventualité. Je pense, par rapport aux inspirations traditionnelles, que les jeunes producteurs doivent dans leur travail, se surpasser en apprenant plus profondément la musique et les techniques. C’est ce qui est important car à l’aire de la technologie, il est très facile d’utiliser un ordinateur et de s’auto-proclamer producteur. Ce n’est pas tout de faire juste un beat, il faut faire de la musique.

Desire

A travers les essais et les mésaventures de la vie de tous les jours, tu prends les choses différemment et j’ai pris des notes, pas seulement sur ma vie mais aussi sur mes amis, sur monde entier et sur ce qu’il se passe et j’ai ressenti le moment d’essayer de revenir en tant qu’artiste sur ce qui m’inspirait: le coeur, la force, c’est ce qui m’a aidé à revenir à la musique. En créant de la musique, j’ai pensé qu’il aurait été légitime pour moi de ramener ce que j’ai fait pour l’album Desire. Un homme a écouté les chansons, il venait d’avoir son premier enfant, il se battait pour avoir de l’argent et il m’a dit qu’il allait quitter la ville et quitter sa femme et tout. Ces chanson lui ont donné la force de trouver un deuxième job et de faire en sorte que ça aille. Ça m’a profondément touché…

J’aime vraiment cet album et ça a été une réelle surprise lorsque je l’ai acheté.

War

L’album War est mon premier album indépendant. C’est une collection d’anciens et de nouveaux producteurs. Un des producteurs qui vit loin en Australie s’appelle Emphasis. Cet album est au niveau de la mentalité, entre Internal Affairs et Desire. C’est comme un lifting mais une vision plus directe avec des blue lyriques et des blueprints. Des chansons sur lesquelles quelqu’un pourrait s’interroger sur des faits actuels concernant la musique. Comment te sentir mieux, que devrais-tu faire, comment devrais-tu prier, comment devrait être ton mental. War est comme je le dis, juste un éponyme pour « We are renegates » et je pense que nous sommes tous en lutte perpétuelle avec l’argent, avec l’influence de la télévision, avec notre corps, avec notre cerveau; nous avons besoin de notre énergie pour cette matrice. Voilà pourquoi j’ai fait cet album. Ouvrez vos esprit et informez-vous exactement ce sur ce que vous mangez, regardez à la télé, ce que vous écoutez… Ne soyez pas des moutons qui allumez juste la radio comme ça…

J’ai des featurings avec des artistes qui n’ont pas forcément la même mentalité que moi. Tu peux t’interroger et apprendre de la musique, du flow complexe de Talib Kweli à la simplicité de Soulja Boy… Tu t’interroges et tu te demandes: « Pourquoi de gens comme Soulja Boy enregistrent des tubes? Laisse-moi réfléchir à ce sujet… De quoi il s’en retourne?…» Ce que j’essaie de faire comprendre c’est que, je ne m’intéresse pas particulièrement à lui mais il arrive souvent que les gens ne cherchent pas quelque chose de profond mais juste à passer un bon moment avec la musique, un peut comme les paillettes qui sont mises devant l’art. C’est donc à prendre en compte. Je dis ça car j’apprécie différents types d’artistes.

Sur mon album, il y aura: Black Thought… euh laisse moi réfléchir… (rires) Black Milk, Emphasis, Talib Kweli… pour la fin, quelqu’un de grandiose, une pointure mais je n’en dis pas plus…

Rawkus

Ils étaient brillants. C’était une période cruciale et historique du marché indépendant dans l’industrie du rap et l’Histoire de Hip Hop. Je suis fier d’avoir fait parti du voyage avec Mos et Kwali, Company Flow… Organized Konfusion a beaucoup influencé Company Flow et Company Flow a beaucoup influencé la scène underground, c’était super fort.

Projets

Mieux contrôler la partie business de ma carrière… Mon nouvel album est vraiment une combinaison entre les deux premiers et il va vous mettre une droite dans la figure et… Hahaha, non je rigole! Il y aura plus de shows, un show énorme et unique d’Organized Konfusion. Par la suite un projet appelé « Rappers vs Disco » c’est un double album avec d’un côté, des samples disco et des musiques disco, de l’autre, des samples de rap et des musiques rap. Le rap d’un côté et disco de l’autre. Il y aura aussi des mixes… Ça va être malade!

Peace

Lya

About the author

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>