lascarIssue de la série portant le même nom, les lascars ont été adaptés par Albert Pereira Lazaro et Emmanuel Klotz au format grand écran sur un scénario de Alexis Dolivet, IZM et Eldiablo que nous avions reçu à streetblogger pour une interview ou il nous a présenté le projet il y a déjà plus d’un an.

Le film raconte l’histoire de quatres lascars qui décident de partir en vacance au soleil afin d’oublier le gris de la cité de Condé-sur-Ginette. Tout se complique quand Tony Merguez et José Frelate se font arnaqués par une soit disant agence de vacance. Commence alors pour les deux amis un enchainement de péripéties, travail au black, vente d’herbe, copine prise de tête, etc… alors que deux amis Narbé et Sammy ont eux bien 2 billets pour partir…

La première surprise c’est l’univers graphique qui est tout simplement sublime; mélange entre 2D et 3D il y a beaucoup de détails dissimulés dans les décors et l’ambiance résultant des dessins animés est unique, bluffant et bourré de créativité.

Le scénario du D.A. est très bien écrit, les vies des quatres lascars s’entremêlent pour finalement se retrouver en fin de film. Là ou la durée de la série ne permettait pas de développé des personnages complexe, ici les protagonistes sont très soignés et on s’attache très vite à ces loosers qui font tous pour s’en sortir sans jamais réussir. Au final on se reconnaitra un peu dans ces personnages haut en couleur. Petit clin d’œil à la série car on retrouve beaucoup de personnage comme les éboueurs, Jean Paul Gaultier, les CRS, les squatteurs etc…

lascars 250Les clichés de la banlieue sont évités pour se tourner vers une comédie pure et dure tout en conservant un contexte social qui n’est pas celui de la banlieue mais des jeunes d’aujourd’hui. Le film est une totale réussite et j’ai rarement entendu autant de rire dans une salle de cinéma complète. Dès le début du film on est plongé dans l’histoire et on ne décroche pas une minute tellement le scénario est efficace et drôle. A noter aussi une bande son hip hop excellente accompagné des voix de Vincent Cassel, Omar et Fred, Diam’s, Diane Kruger et Gilles Lelouche.

Un film que nous vous recommandons donc vivement car excellent scénario, sublime dessins et bourré d’imagination. Un grand travail de création qui mérite d’être salué dans un cinéma français trop souvent ghettoïsé…

Chroniqué par K-lé pour streetblogger.fr

Bande Annonce


About the author

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>