Dix ans de Hip-Hop

Et oui, c’est que le temps passe vite lorsqu’on vit de sa passion à 110%. Créé en 1999, le label suisse Full One a su briller dans une majeure partie de l’Europe au fil de sorties hip-hop d’une extrême qualité, pressées en petites séries qui se sont arrachées entre les mains des b-boys du Vieux Continent : en 2002 leur premier disque Underground Networkz, puis la compilation To The Fullest (avec des featurings de Akro de Starflam, Havoc des Mobb Deep, Blaq Poet, Tragedy Khadafi,…), Reflect-Ink de Soul-J et plus récemment le maxi vinyl collector Days Are Longer réunissant Akhenaton, Rockin Squat, Main Flow, King Solomon et Masta Ace entre autre (lire la chronique). Car si la structure Full One Management a développé petit à petit des projets à un rythme artisanal répondant à des normes très strictes des passionnés de culture Hip-Hop, elle a pu ériger – comme vous avez pu le voir – des connexions avec des MCs cainris comme Jesse Al Malik, Lil Dap (Group Home), des acteurs majeurs du Queens ou encore Masta Ace.

Dans un premier temps, je vais vous parler du CD sampler réalisé spécialement pour ce 10e anniversaire et dans un deuxième paragraphe, une interview de Full One. Puis en “bonus”, pour ceux que ça intéresse, le récapitulatif annuel de Full One se trouve en bas de page. Mais juste avant, rien que pour vos yeux (et vos oreilles), un clip rétrospectif :

 

Le CD sampler 10th Anniversary

Qui dit anniversaire dit cadeau d’anniversaire. D’abord ça commence par un relifting du site internet www.fullone.com, avec nouveau logo (dessiné par Sozyone Gonzales et Serval & Diss tiens-je à préciser), site que je vous conseille ardemment de visiter. Mais LE cadeau qui pourra peut-être vous combler, c’est le CD sampler gratuit 10th Anniversary, incluant 15 titres et une foule d’invités venus célébrer une décennie d’activisme, comme Soul-J, Leeroy, Tribeca, Main Flow, Sakke, Dam’s de Get Large, Full One bien sûr, les Littles, Jesse Al Malik, Fisto, Cassus Belli,… Autant dire que c’est très international ce qui se passe, il n’y a qu’à regarder le tracklisting ci-dessous. Pour l’écouter, c’est facile, il suffit de se rendre sur la page http://www.fullone.com/record_cd.php.

01. “10th Anniversary Intro” feat MIK
02. “I rep’ for Full One” feat Jesse Al Malik
03. “Dedicated” feat Leeroy & Tribeca
04. “Sunrise Sunset” feat Soul-J 
05. “Fly Away” feat Littles
06. “Me and my Mic” feat Fisto & DJ Atom
07. “International Visa” feat Jesse Al Malik, Paura, Cassus Belli,…
08. “fullone.com interlude”
09. “On A Lower Note” feat Soul-J
10. “Reprezent” feat Jesse Al Malik & Agony
11. “Depuis le temps” feat Sonoblast
12. “Livin Like Stars” feat King Solomon & Gems
13. “Shame To The Game” feat Jesse Al Malik, Life Long & Namor
14. “Reach Out” feat Main Flow
15. “Days Are Longer” – Instrumental

Il ne serait pas très utile de ma part de vous dire que ce disque possède la même teneur que les précédents projets de Full One, ça serait contrariant de douter de la qualité de ce LP anniversaire. En tout cas, je l’ai écouté et je peux en certifier sa qualité strictly HH, avec toujours un soin apporté aux productions et une implication sans faille de ses participants, qui donnent leur meilleur de leurs capacités d’un point de vue lyricisme et emceeing. Le perfectionnisme a toujours été une règle chez Full One. Une chronique complète est prévue prochainement sur mon blog perso.

Ah oui, j’oubliais un détail important : si vous kiffez ce projet, magnez-vous le train pour vous procurer cet album car, outre sa gratuité, il n’est dispo à qu’à 5000 exemplaires seulement ! De plus, il est proposé dans un format original, dont Full One m’en a expliqué le concept par mail: “Un format qu’on a sorti de toutes les normes imaginables puisqu’on a inventé le premier sampler qui se transforme en pochoir, un design simple à découper qui allie le force du support physique qu’on défend à la technologie d’aujourd’hui. En effet, par deux simples découpes au cutter n’importe qui pourra transformer son sampler en un pochoir de précision qui sera lié technologiquement à une page web sur laquelle les gens pourront downloader l’intégralité du sampler, (re)-imprimer la pochette, voir les vidéos explicatives sur la découpe, avoir le mode d’emploi, etc.” Génial comme idée non?

 

Interview Full version

As-tu rempli une part de tes objectifs avec ton label ? Quels sont les prochains objectifs et projets pour la décennie à venir ?
Oui j’ai rempli de nombreux objectifs. J’estime que le principal ça a été de garder une ligne de conduite et une discipline de travail sur la longueur. J’ai tenu à soigner tous les disques que j’ai produits et cela sans exception. Pour les objectifs futurs, je n’ai rien de précis pour le moment. Je vais me laisser porter par mes envies, sans aucunes contraintes d’impératifs financiers, d’image ou autres. 

Dans quel(s) domaine(s) as-tu appris le plus appris durant ces 10 ans ? (management, production, réalisation d’un projet?)
Le domaine dans lequel j’ai le plus appris est certainement le domaine humain. Toutes ses catégories que tu me cites on ce point en commun, tu es amené à rencontrer / collaborer avec des gens. Je considère cette expérience humaine comme un acquis d’une valeur inestimable et qui, je pense, va m’aider tout au long de ma vie. Maintenant si je devais choisir une des trois catégories je dirai « la production ». C’est ce que je préfère faire et c’est ce que je pense réaliser le mieux bien que même après dix ans je reste encore un apprenti qui apprend tous les jours.

Quel est ton top 3 de tes meilleurs souvenirs/rencontres ? 
Je ne peux pas te donner un Top 3 de mes rencontres parce que je ne classifie pas l’humain. Par contre des bons souvenirs j’en ai et plus que trois. Mes premiers séjours en Belgique sont les plus marquants à mon avis. J’ai rencontré plein de monde à l’époque en traînant à droite à gauche et j’ai toujours beaucoup d’admiration et de respect pour les acteurs du mouvement Hip Hop de Belgique.
Après pour un producteur les faits les plus marquants restent souvent les mêmes : la première mix-tape, le premier album et le premier vinyle, j’adhère complètement à ça et ça reste certains de mes meilleures souvenirs.

Quelles sont les erreurs que tu as commises ?
J’en ai commis plein. Je pense que la principale c’est d’avoir failli faire des compromis de ma musique pour pouvoir en vivre. Je n’en suis pas passé loin et je ne compte même plus le nombre de fois où on m’a conseillé de produire un truc commercial pour surfer sur la vague. J’ai choisi au final l’autre option, la moins simple. Celle où t’as deux taff. Tu gagnes ta vie la journée et tu vis ta passion la nuit mais celle-là peut être aussi une erreur sur le long terme parce que tu mets ta vie privée en standby.

Beaucoup de labels français (et européens), comme Junkadelic, Ascetic Music,…, se sont lancés comme toi dans des connexions franco-américaines, est-ce que ça continue toujours d’évoluer dans le bon sens selon toi ou c’est le statut-quo ? Es-tu optimiste sur l’avenir des ces rapports transatlantiques que tu as érigé ?
Je vais te répondre de manière globale, sans axer ma réponse sur les labels que tu cites car je n’ai pas à juger de leur travail en particulier. 
Si je devais juger la situation dans son ensemble au niveau de l’industrie du disque, je dirais juste qu’on a quitté depuis longtemps les collaborations artistiques pour en faire des collaborations marketing. Je ne vais pas cracher dans la soupe en niant m’en être moi-même servi comme argument de vente mais il y avait une démarche artistique au préalable.
Il y a des mc’s américains de renom avec lesquels je devais enregistrer que j’ai simplement annulé parce que les gars refusaient de booker une date fixe dans leurs agendas pour enregistrer ensemble en studio. J’ai jamais vu mes collaborations comme un 16 mesures enregistré à distance, envoyé par le web et suivi d’un virement à la Western Union. 
Prends l’exemple de ma collaboration avec Akhenaton, à la base on était parti sur une collaboration simple, seize mesures, j’ai fait le déplacement on a passé une journée ensemble, on a discuté du titre et au final il a pondu 64 mesures spontanément. On a fait de la musique, rien d’autre. 
Je suis serein sur l’avenir de mes collaborations, qu’elles soient en Europe ou de l’autre côté de l’Atlantique. Les personnes avec lesquelles j’ai collaboré savent que je suis intègre et on n’a pas une relation de type « business », on est en contact, on prend des nouvelles mutuellement. On attend pas un nouveau projet pour se remettre à niveau, on sait comment évolue l’autre.
 
Le Hip-Hop en 2019, comment aura-t-il évolué selon toi? Comment vois-tu ton label dans 10 ans ?
 La grande force du Hip Hop c’est sa constante évolution et créativité mais aussi ses remises en questions. Si tu regardes les évolutions entre les années 80 et maintenant tu t’aperçois que sur bien des points on a été en constante « évolution ». Pas seulement en terme de musique mais aussi au niveau de la mode, de l’intégration de disciplines n’étant pas celles de base, et sur bien d’autres points encore. 
Je crois en la longévité du mouvement Hip Hop et sa mort a déjà été prononcée à de nombreuses reprises mais on ne l’a jamais enterré. Pour ma part, je vois les choses comme je vois le Hip Hop. Une multitude d’éléments qui forment un mouvement dans son ensemble. Mon label et donc mon nom ne sont pas synonymes de production musicale exclusivement. Je vois l’avenir en faisant ce que j’aime. Demain je ne sais pas sur quel type de projet je serai mais je sais que ça sera Hip Hop.

 

CV de Full One Management :
1997 : De la structure Tdc Distribution naît Full One Management 
1998 : Création officielle de l’entreprise et première production de support sonore 
1998 : Création du site : 
1999 : La structure est officielle Full One Management est en marche 
1999 : Signature en management de Dj Man (Belgique), premier artiste de la structure 
2000 : Signature en management de Dj ND (Belgique) 
2001 : Changement de logo designé par Clyne (Ewing 33) 
2002 : Signature en management de Mister Aul (France) 
2002 : Premier long format (album CD) 
2002 : Premier sponsoring de soirée 
2003 : Première production de disque vinyl 
2003 : Signature de Jesse Al Malik (Usa) 
2003 : Signature de Dj Skwad (Belgique) 
2004 : Signature de Soul-J (Usa) 
2005 : Fin de contrat avec Mister Aul; quitte officiellement l’équipe 
2005 : Accord pour vente des titres en ligne (Itunes, Napster, SFR etc) 
2005 : Premier clip vidéo : réalisation et co-écriture de story-board 
2005 : Adaptation du logo par Diss 
2006 : Fin de contrat avec Dj Man & Dj ND; quittent officiellement l’équipe 
2006 : Séparation de la partie management de la partie production 
2006 : Apparition du sampler audio, visant la promotion d’artistes non-signé sur le label 
2007 : Première production « collector » 
2009 : Dix ans de la création du label 
2009 : Changement de charte graphique : nouveau logo par Sozyone Gonzales, Serval & Diss 
2009 : Refonte complète du site web et traduction en trois langues 
2009 : Mise en activité des url : fullone.org – fullone.be – fullone.ch – fullone.de
2009 : Invention du premier sampler cd qui se transforme en pochoir : “Stencil+Cover” 
2009 : Montage et diffusion des dix ans d’archives vidéo du label

About the author

Ex-rédacteur/chroniqueur pour Rap2K.com et... biométricien !

    1 Comment. Leave your Comment right now:

    1. Pingback: Full One “10th Anniversary Sampler” @@@@ « Sagittarius Hip-Hop reviews

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>