Avant d’attaquer la rétrospective hip-hop de l’année 2008, je vous souhaite un bananier 2009 à tous les visiteurs de Streetblogger !

On se souvient tous comment l’année 2007 s’était mal terminée : Raekwon et Ghostface sonnent l’heure de la mutinerie au sein du Wu-Tang, la mort accidentelle de Pimp C, de nombreuses sorties ajournées, etc… On souhaitait du mieux pour 2008, le résultat a été globalement contrasté avec des bons et des mauvais points, que je vais distribuer plus ou moins arbitrairement… Ici aussi on joue la rupture en rompant avec la traditionnelle élection de tel ou tel meilleur artiste ou album. Mais avant de lire cette revue de l’actualité du rap américain 2008 (à prendre au second degré), je vous propose d’écouter le “Wrap-up” annuel de Skillz :

(clip officiel à paraître bientôt)

Au cours du premier trimestre 2008, Jay-Z mit un terme à ses fonctions de PDG de Def Jam pour décrocher un deal avec Live Nation et fonda par conséquent l’enseigne Roc Nation. Quid de la saga Roc A Fella ? La question demeure suspend, il est arrivé plus grave : Shakir Stewart, le remplaçant de Jigga au poste de directeur artistique, se tire une balle dans la tête début Novembre. À l’heure qu’il est, nous ne connaissons toujours pas le nom du futur candidat au poste. En attendant,la Palme du Meilleur « Businessman for Himself » 2008 est décerné à Jay-Z (Diddy n’est pas loin derrière) pour la seconde année consécutive, car il calcule tout ce qui l’entoure pourvu qu’il profite des retombées sur son compte en banque. De plus, il s’est lancé dans le business des hôtels de luxe, mais en ces temps de crise, ses projets risquent fort d’être reportés. Une chose est sûre, ce ne sont pas ces haters de Jim Jones et Dame Dash (qui n’arrive plus à renflouer ses caisses) qui vont dire le contraire, ils sont toujours là au bon moment pour diffamer au sujet de la crédibilité de Jigga, puisque leur fonds de commerce commun se base seulement sur les coups bas qu’ils lui balancent dans leurs interviews. Business never personal.  Je leur décerne officieusement à eux deux la Palme des Gros Jaloux de Jay-Z, LL Cool J se trouvant en seconde position après l’avoir critiqué tel un chef syndicaliste des vétérans hip-hop. C’est juste pour flatter leur égo que j’ai inventé cette palme, tiens-je à préciser.

Les temps sont durs pour tout le monde, même pour 50 Cent. Après s’être glissé dans la brèche des mixtapes gratuites téléchargeables sur ThisIs50.com afin de créer un semblant de buzz pour le G Unit, il se mange un flop phénoménal avec Terminate on Sight, à qui je décerne la palme de l’album le plus dégueulasse de 2008. Est-ce que c’est dû au départ de Young Buck après avoir pleuré au téléphone de 50 Cent? C’est probable mais il est vrai que ce disque est particulièrement moche… À l’opposé, je dois avouer que les critiques quasi-unanimes pour The Renaissance de Q-Tip portent avec elles le mérite de se voir offrir la Palme de l’Album rap qui a ravivé le cœur des Hip-hopers en 2008. Alors que le climat morose au sein de la communauté Hip-Hop semblait nous gagner, voilà de quoi nous combler pour de longs mois. Et ça fait un bien incroyablement au moral aux mellowmen que nous sommes. C’est avec une certaine fierté que j’aimerai de tout cœur attribuer la Palme du « Black Album » 2008 à Nas avec son album éponyme, anciennement baptisé du titre très controversé (et censuré) Nigger. Des fois on se fit qu’il aurait pu pousser le concept plus loin et malgré les critiques récurrentes sur le choix des instrus, Nasir Jones a écrit un album humainement universel qui efface toute notion de race. Enfin, une nouvelle catégorie musicale a été ouverte spécialement pour Kanye West cette année 2008, oui, rien que pour lui, la grande classe. 808s & Heartbreak a été incontestablement sacré par la Palme de l’Album non-Hip Hop par un Artiste Rap par un farouche jury de puristes. Enfin, une digne récompense  pour les Roots avec l’excellent Rising Down, la Palme du Best of Slept on Album 2008, car franchement, les scores de vente auraient dû être plus élevés. Ce prix répare cette injustice.

Mais le business reste le business et malgré des ventes en baisse, certains rappeurs continuent de se faire un fric fou sans rien branler. J’ai l’honneur de décerner la Palme du « je vends pas de disque mais je gagne plus de thunes avec les produits dérivés » à 50 Cent et à Diddy. Malgré ses soucis personnels (il serait soi-disant lié à l’incendie de la maison de son ex-femme) et le mégaflop du G Unit, Fiddy est devenu l’artiste rappeur le plus friqué l’année dernière selon le très sérieux magasine Forbes, soufflant le haut du podium à Jay-Z. Son dernier produit en date : un déodorant. Comme quoi il y a des gens qui veulent sentir le musc de 50. Quant à Diddy, il a compris qu’en s’orientant vers d’autres commerces (de parfum notamment), on peut faire vivre un label qui n’a pas vendu grand chose. Peut-être devrait-il (tant qu’à faire) racheter une société pétrolière pour éviter de chialer sur YouTube parce que l’essence est trop chère.

Tout à l’heure je parlais de Def Jam, mais un autre gros label hip-hop cette année va recevoir la prestigieuse Palme du plus Mauvais Management 2008Aftermath Entertainment. Les arguments : Stat Quo viré, Busta Rhymes évincé, come-back d’Eminem repoussé, Bishop Lamont repoussé et Detox je n’en parle même pas. Ou bien si. En 2005, Dr Dre a laissé entendre sur « Higher » de The Game qu’il bossait sur Detox et que ça sera pour bientôt, peut-être pour l’année prochaine. En 2006, on rapportait que Dre qu’il bossait sur Detox et que ça sera pour bientôt, peut-être pour l’année prochaine. En 2007, Dr Dre a dit concrètement à la radio qu’il bossait toujours sur Detox et que ça serait pour bientôt espérons-le, peut-être pour l’année prochaine.En 2008, Dr Dre a laissé entendre qu’il bossait encore et toujours sur Detox et que ça sera pour la fin de l’année ou année prochaine, sûr et certain. Il faudra qu’il songe à changer de disque un jour. Sans surprise, Detox conserve pour la 3e fois la Palme de l’Album le plus attendu depuis tellement trop longtemps. C’est à se demander si on y croit encore. Pendant ce temps, il se lance dans le bizness de Cognac et sponsorise les fameux écouteurs de pointe Beats By Dr Dre. Sauf qu’en 2008, Dr Dre n’a lâché officiellement QU’UN SEUL de beat : « Hold On » sur The Villain de Trick Trick (Palme de l’Album Invisible dans les Bacs  de 2008). Au bout du compte, on n’a rien entendu de neuf de la part du docteur, mais il faut rappeler qu’il a vécu à la rentrée un drame familial horrible : il a perdu son fils âgé de 20 ans seulement. C’est alors à contre-coeur que je lui offre la Palme du super-producteur ultra-pas-prolifique.

Il y en a eu des tas en 2008, de sorties reportées pour la Saint Glingin, je pense à Saigon, Big Boi, etc… et des bides commerciaux qui se ramassent à la pelle, comme Brass Knuckles de Nelly, l’immondeTOS du G Unit, le tout dernier album de LL Cool J, and so on… Plutôt des come-backs foirés en somme. Mais je tenais solennellement à remettre la Palme du Flop commercial le plus mérité de 2008 à ce p’tit con de Soulja Boy : même pas 50 000 exemplaires de iSouljaboy vendus pour son démarrage le 16 Décembre. Et pan ! Le phénomène qu’il a créé et perpétué pendant des semaines avec sa Soulja Dance est loin derrière maintenant, un peu comme la Tecktonik chez nous. Dire qu’on le voyait récemment dire sur son site qu’il implorait ses fans d’acheter son nouveau skeud pour qu’il soit platine en une semaine… Et il ose mendier en plus. Quelque part c’est un aveu de faiblesse, il n’était que le champion des one-hit-wonders, un titre qu’il pourra porter avec gloire jusqu’à sa mort commerciale (prématurée). Mais ce qu’il vaut à Soulja Boy d’avoir la chance incroyable de posséder une seconde palme, celle de la Tête à Claque 2008, c’est d’avoir dit – je cite – « big shoot out à tous les maîtres d’esclaves, […] sans eux je ne serai pas ici avec tout ce bling-bling. » Avouez qu’il y a des claques qui se perdent non ? Et ce n’est pas fini puisque ce ringtone-rapper à la tête de melon partagera la Palme du beef le plus débile de 2008 avec Ice-T. Parce que 1) c’est pas beau d’insulter un enfant et de lui dire de manger de la bite 2) c’est pas joli de répondre impunément à une légende du gangsta rap qui se rabaisse. Le niveau de ce beef était intellectuellement trop élevé pour T.I. et Shawty Lo qui cherchaient à marquer leur territoire cet été à Atlanta. Y a des mecs en chien je vous jure.

Un autre clash épisodique qui a refait surface en 2008 concerne le G Unit et Fat Joe, qui se sont mutuellement lancé quelques verbiages insultants par mixtapes interposées, le vainqueur étant celui possédant la pochette truquée la plus marrante. Victoire sans triomphe pour l’éléphant Fat Joe, à qui je remets la Palme du Meilleur Utilisateur de Photoshop (voir photo-montage ci-contre).

J’en reviens au court chapitre des one-hit-wonders, pratiquement que rappeurs Dirty South. Deux trophées leur sont consacrés cette année, d’abord la Palme du moins bon Lancé du Disque 2008 pour Flo Rida pour être resté 9 semaines en tête des charts avec son tube « Low » pour s’écraser au demi-disque d’or ; puis Plies se voit décerner la Palme du one-hit-wonder à donf 2008, justifié par deux albums sortis dans la catégorie r&b (ça se discute) : Definition of Real et Da REAList. Vite vite !  Son buzz ne va pas faire long feu , qu’il en profite. Pour finir, quelques mots sur Chingy mis à la porte de chez Def Jam après le bide de Hate It or Love It, malgré son retour chez Disturbing Tha Peace. Pour la peine, il garde sa Palme de l’Eternel Newcomer, pour la dernière fois après c’est fini, promis

Palme du Couple le plus Glamour 2008 pour Jay-Z et Beyonce, malgré un mariage ultra-confidentiel dont aucune photo n’a été divulguée dans la presse. Chapeau pour l’organisation ! S’ils le veulent, je peux m’arranger pour leur louer une villa dans le Sud de la France pour l’accouchement de Beyonce ! En laissant de côté les photos volées de Rihanna et Chris Brown se bisoutant dans un fast-food, un autre couple qui a fait parler (et surtout bien rire), c’est Papoose et Remy Ma qui se seraient mariés à Rikers Island, vu que la rappeuse a écopé de 8 ans de prison ferme pour tentative de meurtre. Par conséquent, la Palme du plus grand Loser 2008 revient avec beaucoup de tristesse à Papoose : contrat en major rompu, pas de soutien de Busta Rhymes, un album annulé et un amour qui risque d’être intense durant les courtes visites conjugales. Ça craint pour lui, va falloir qu’il galère à nouveau sur le circuit des mixtapes.

Restons-en avec les personnalité. 2008 a été pour beaucoup l’année du changement et la victoire du démocrate métis Barack Obama a suscité un engouement planétaire. L’un des rappeurs à l’avoir le plus affirmé était sans doute Will.I.Am, dès lors attitré de la Palme de l’artiste le plus Obamaniaque. Comme d’habitude, c’est Pharrell Williams qui conservera la Palme du Célibataire le plus Convoité 2008, même Madonna se l’est arraché pour qu’il produise une partie Candy Shop ! Qui a dit Timbaland ? Pour Timbo, je lui réserve non pas une palme (ni même une paire de palmes), mais un T-Shirt “J’étais mieux avant” personnalisé. Lui, son acolyte Danjahandz et Polow Da Don se sont faits gentiment snober par les Neptunes dans les hits de 2008 avec Kenna, Seeing Sounds de N.E.R.D., Universal Mind Control de Common, le Madonna, etc… La mode n’est toujours une question vestimentaire, les Gnarls Barkley en savent quelque chose avec leur Palme des Meilleurs Travestissements 2008 en redoublant d’inventivité dans leurs déguisements. Tandis que 50 Cent s’est faire refaire les incisives de sa maxillaire supérieure (fini les dents de lapin !), le détail esthétique de l’année revient à The Game, qui récupère la Palme du Meilleur Cover-up, après s’être fait tatoué une étoile rouge autour de « L.A. », sous l’œil droit où se trouvait avant un papillon (photo de droite). A l’inverse, Pharrell va tenter de se faire effacer les tattoos sur son cou avec une nouvelle technique au laser. Pourquoi pas, il fait ce qu’il veut avec son corps. Comme pour Soulja Boy, au tour de l’assourdissant DJ Khaled de recevoir un trophée amplement mérité, l’insignifiante Palme de l’Inutilité. Gueuler pour rien sur des morceaux qu’il ne produit même pas pour sa compilation, c’est un concept d’une vacuité navrante, sauf pour prouver son existence dans le hood avec plus de dix mots de vocabulaires seulement. On en oublierait presque Ja Rule qui devait effectuer son retour dans les bacs courant d’année mais non, y a pas moyen. Quand on voit le nombre de rappeurs sur le retour qui se sont goinfrés l’année dernière, il a eu raison de repousser à très loin The MirrorPalme de la présence non-souhaitée pour Ja. Si si, j’insiste, je suis déjà cool de placer deux phrases à son sujet.

Par ailleurs, 2008 a été le retour aux avant-postes de nombreux vétérans et ce pour notre plus grand plaisir : Q-Tip, la reformation des EPMD avec We Mean Business, Marley Marl et même Teddy Riley qui a bossé sur Ego Trippin’  de Snoop Dogg. Mais la vieillesse peut jouer des tours à certaines légendes vivantes, tel que KRS-One qui s’approprie d’office la Palme du « je suis hip-hop parce que je le vaux bien », pour la j’sais-pas-combientième année consécutive, tout ça parce qu’il a souhaité la bienvenue dans le hip-hop à Soulja Boy. C’est le monde à l’envers… Dans le même genre, on eu le « au-revoir » de LL Cool J avec Exit 13, qui se voit offrir à titre honorifique la Palme de « je suis une légende  en 2008» mais personne s’en souvient. Une sortie tête haute par la petite porte, il a probablement un peu trop duré. Un autre monstre sacré qui ne fait plus beaucoup de merveilles, c’est Pete Rock, avec le décevant NY’s Finest. PR reçoit la Palme Vermeille et des flacons de vitamines. Rakim a également été atteint par des symptômes inhérent à l’âge, à force de trop radoter sur l’hypothétique sortie de The 7th Seal

Mais il y a eu un rappeur qui a tout surclassé et survolé en 2008 et qui fut immanquablement sur tous les fronts médiatiques, c’est bien entendu Lil Wayne. On se plaint partout qu’il est trop nominé aux grandes cérémonies, qu’il reçoit trop de prix, qu’on le voit trop,… Même ses mixtapes vendant autant qu’un MC indépendant ! En même temps, c’était lui le buzz gargantuesque de l’année 2008. Ici aussi, que vous le veuillez ou pas, il va recevoir tout plein plein de distinctions : d’abord celle de « je rappe nawak et tout le monde kiffe grave » pour son album Tha Carter III (bientôt trois milli, trois milli, trois milli, trois milli-ons de disques vendus), de Wanna-be a rock star à force de se la péter avec sa guitare électrique, du Rappeur le plus surestimé de 2008, de Monsieur featuring 2008 (au nez de Akon et à la barbichette de T-Pain) vu le nombre incalculable d’apparitions qu’il a effectué, du Plus mauvais Utilisateur d’Autotune 2008 haut la main et surtout du Rappeur aussi omniprésent que Nicolas Sarkozy en 2008, le titre suprême. La machine de guerre 50 Cent ne règne plus en maître dans le rap game, Lil Wayne lui a piqué la vedette quitte à lui déplaire. LA productivité inégalée et la créativité inégale de Weezy a joué en sa faveur, c’est un véritable forcené du travail entièrement dévoué au emceeing. Ah oui, j’en profite à dire mes félicitations à Dwayne Carter puisqu’il est devenu papa. Maintenant, il ne manquerait plus qu’il se proclame King of the South et on aura tout vu, déjà que le débat fait rage pour savoir entre qui de Ludacris, T.I., Bun B ou Scarface, le prétendant le plus légitime pour la courronne. Faites vos choix entre respectivement Theater of the MindPaper TrailII Trill et Emeritus et vous trouverez un début de réponse. S’il reste une place supplémentaire, ne manquez pas les Last 2 Walk DJ Paul et Juicy J.

La prison est un peu la seconde maison de certains rappeurs, et des rappeuses. Pendant que Remy Ma commençait à croupir dans sa geôle, Foxy Brown venait d’en sortir. Certains ont une veine de cocu, comme The Game qui a vu sa peine de prison écourtée comme ce fut le cas pour Paris Hilton. Motif : le surpeuplement ne permettait pas d’assurer la sécurité du gangsta rappeur. Il devait normalement y rester deux mois pour avoir menacé avec une arme un type qui l’aurait provoqué. N’empêche,LAX  a pu sortir cet été (avec Daz et Ice Cube) et on a bien kiffé. Prodigy aussi effectue une entrée remarquée dans les charts carcéraux avec trois ans et demi ferme. Mais juste avant de purger sa peine, il a déblatéré de nombreuses énormités sur tous les rappeurs qu’il déteste (le gros Joe, Jigga,…), ce qui lui vaut (par procuration) de se voir attribuer la Palme de la Grande Gueule de 2008. Surtout que son HNIC2 n’était pas si terrible qu’annoncé. Et ce n’est guère mieux pour le casier judiciaire du criminel DMX qui empire de semaine en semaine : possession de drogue, infractions au code de la route avec un permis suspendu et – nouveauté – violences sur animaux domestiques. Il plaide coupable le 31 Décembre, mettant en stand-by la sortie de son double-album. DMX garde logiquement sa Palme du prisonnier à mi-temps, pour mieux se repentir ? Avril 2009, ça sera au tour de T.I. de retourner par la case prison pour un an.

Dernier point autour de l’univers carcéral avec une nouvelle qui a provoqué un tôlé dans le rap game : Rick Ross a été gardien de prison !!! Et oui, les fouineurs de SmokingGuns.com (alias le Canard Enchaîné du rap cainri) a révélé une photo du gros pseudo-mafiosi de Miami en costume d’agent. Immédiatement, l’intéressé a nié en bloc, défendant qu’il s’agissait de petits malins qui ont traffiqué une image par Photoshop. Sauf que la photographie (voir ci-contre) est bien authentique et Rick Ross finira par avouer – en dissimulant sa honte – que c’était finalement bien lui sur le cliché mais qu’il a tout de même fait fortune en revendant de la drogue. Mauvaise foi, quand tu nous tiens ! De ce fait, il reçoit la Palme du plus (gros) Mytho de 2008, devant Akon qui lui a présenté illico ses excuses par communiqué de presse à propos de mensonges sur sa vie passée en prison pour vendre ses disques. Moralité : c’est pas bien de mentir sur son passé.

Bon, et si on parlait rap mainstream pour changer ? D’après vous, quel single hérite de la Palme de la Collaboration la Plus Hype 2008 ? « Swagga Like Us » avec le plateau de rappeurs qui ont affolé les statistiques chez Soundscan ces derniers mois : T.I., Jay-Z, Lil Wayne et Kanye West. Additionnez le nombre d’albums qu’ils ont vendu entre 2007 et 2008 et vous verrez. T.I. s’octroie facilement la Palme du Single Hip-Pop 2008 grâce à… mayahiii mayahouuu mayaahaahaa ! « Live Your Life » feat Rihanna ! Tant pis pour Travis McCoy, mais Just Blaze qui sample la techno moldave des O-Zone (beurk), c’est ze archi-commercial shit. La Palme du Hit le plus Remixé sera coupé en deux entre « A Milli » de Lil Wayne (qui a servi de freestyles à de nombreux rappeurs et même chanteur r&b comme Ne-Yo) et « Arab Money » de Busta Rhymes, avec trois remixes officiels (avec Jim Jones, Juelz Santana, Spliff Starr, Jim Jones, Diddy, Akon, T-Pain,…). Il n’y aurait pas de palmeraie sans Snoop Dogg dans les parages, Snoop qui reçoit tout sourire la Palme du MC le plus Funky Fresh et Throwback 2008 pour son single « Sexual Eruption » repris au vocoder et la reprise géniale de « Cool », tirés de son dernier LP Ego Trippin’. Comme chacun sait, il devient de plus en de plus compliqué pour des rappeurs de rester signé en major, mais Jadakiss a su tirer son épingle du jeu en passant de Ruff Ryders à Roc A Fella. Bien joué, cela vaut bien la Palme du Player de Chaises Musicales 2008. Par contre, pour garder l’intitule de Kiss My Ass, il a été contraint de se mettre un doigt dans le c… En parlant des difficultés à se maintenir dans les grosses maisons de disque, Saigon a la Palme du Chou blanc 2008 pour avoir refusé de faire un album commercial chez Atlantic. On saluera son intégrité pénalisante. Enfin, Young Jeezy a eu du pif en 2008 en nommant son 3e album The Recession quelques semaines avant la dégringolade abyssale des cours des bourses mondiales, sans quoi il ne recevrait pas la Palme de l’Intitulé Prophétique 2008Il n’aurait pas été judicieux de décerner un prix pour la meilleure promo de 2008, mais nul doute que Murs a rivalisé d’ingéniosité pour créer le buzz pour sa première sortie en major, Murs for President. C’est avec un immense plaisir qu’on lui doit la Palme de la Meilleure Campagne 2008Je garde le meilleur pour la fin : la Palme du vrai best rapper alive 2008. D’après vous ?… Jayhovah, l’évidence même. Il n’a pas sorti d’albums cette année, mais rien que ses couplets phénoménaux sur « Swagga Like Us » et le remix de « Put On » suffisent à justifier cette victoire.

On descend d’un étage pour résumé le gros de l’actualité underground cette année. On fait le truc à l’envers en remettant la Palme du Meilleur Saut dans le Mainstream pour Madlib et DJ Premier. Madlib pour son taf sur Nu-Amerykah d’Erykah Badu (au même titre que les incroyables Sa-Ra Creative Partners) et Primo pour s’être retrouvé sur les albums de Ludacris, Fat Joe mais pas Nas. On ne pourra pas dire autant du productif 9th Wonder qui reçoit la Palme de la « same old song » 2008 pour produire des beats en série avec toujours la même technique, que ce soit pour Jean Grae, Buckshot, Murs,…  À propos de Jean Grae, scrutée par le mauvais œil, malchanceuse comme c’est pas permis, ce ne fut pas une année marrante pour elle et c’est fort regrettable. Trois sorties portant son nom, The Orchestral Files, Jeanius et The Evil Jeanius par les Blue Sky Black Death, et pas une seule d’entre elles fut des enregistrements récents. On refusera de lui donner la Palme du Comble du Nombre de sorties 2008, vous comprendrez pourquoi, c’est consternant. Je reviens sur Buckshot afin de lui décerner la Palme de la Petite Entreprise qui ne connaît pas la mouise en 2008, pour le fantastique boulot et la gestion de Duck Down Records, avec The Formula, l’album des Kidz in the Hall, la signature de B-Real, le retour de Heltah Skeltah… Good job ! Une fois de plus, Kanye loupe une récompense car GOOD Music s’était bien dépatouillée l’an dernier. Je ne referai pas la longue listes des sorties indés qui ont marqué 2008, entre eMC, Ill Bill, Statik Selektah, Public Enemy, Black Milk, le street-album des Clipse, Elzhi, 88 Keys, etc, etc… C’est très subjectivement que je remets la Palme de la Boucherie 2008 à Grey Hairs de Reks. Bien que la tournure soulful radoucit cet LP, les perfs hors-normes du MC valent son pesant d’or. En revanche, son voisin Termanology fait pâle figure à côté de lui car il reçoit la Palme du Bâton de TNT mouillé 2008. On attendait tous un classique en voyant rêveurs le tracklisting cinq étoiles et au final Politics As Usual n’est qu’un ersatz de classique new-yorkais. C’était bien tenté. Dans une catégorie carrément à part, je voulais décerner la Palme du Meilleur Chanteur de Rap 2008 à Phonte Coleman (des Little Brother) parce que son délire Zo & Tigallo Love The 80s nous a bien fait kiffer et qu’il interprète merveilleusement bien sur Leave It All Behind des Foreign Exchange. 

Le gogo-gadget de l’année, l’autotune, sans contrefaçon. Dur d’y échapper en 2008 quand les rappeurs s’y mettent. Au début, il n’y avait que T-Pain et déjà les critiques fusaient sur cet “améliorateur de chant”, mais quand Lil Wayne et Kanye West font joujou avec, on aime ou aime pas, il n’y a pas d’autres alternatives. Les producteurs aussi se le sont approprié, notamment Ron Browz sur ses productions « Pop Champagne » de Jim Jones et « Arab Money » de Busta, en faisant de raï à l’autotune. Soit… Le pire, c’est qu’en France aussi c’est devenu le truc à la mode. Quand va-t-on cesser d’importer des States?

Impossible aussi d’avoir pu passer l’année 2008 sans penser à Jay Dee aka J Dilla. Que ce soit sur l’album d’Erykah Badu, Q-Tip, les mixtapes de Busta Rhymes, son frère Illa J et plein d’autres, on réalise à quel point ses beats pourront nous manquer. Certains MCs ont eu la chance de pouvoir disposer d’instrus totalement inédits, d’autres lui ont rendu leurs meilleurs hommages, bref, son aura plane toujours dans les cieux du hip-hop. Aucune récompense ne suffira à Dilla, ça dépasse toute forme de matérialisme.

La nouvelle tendance 2008 fut assurément l’arrivée en masse des hipsters, ces rappeurs un tantinet snob qui font du hip-hop soit à l’ancienne, soit postmoderne. Et ce n’est que le début du mouvement Hipster-hop, qui a révélé Mickey Factz, les Cool Kidz, The Knux,… et ceux que l’on connaissait déjà comme les N.E.R.D., le hip-pop-rock des Gym Class Heroes et Lupe Fiasco, très bien reçu début 2008 avec The Cool qui ouvre le hip-hop vers le rock et l’électro soft. 

Et voyez comment je n’ai pas utilisé une seule fois le mot « crise » dans cet article. À suivre dans la rubrique Street-talk, les sorties les plus attendues de 2009 ! 

About the author

Ex-rédacteur/chroniqueur pour Rap2K.com et... biométricien !

    1 Comment. Leave your Comment right now:

    1. Pingback: how to download free mp3 music

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>