“Autotune”, est un des nouveaux mots à la mode de l’année, mais aussi peut-être un maux tout court. L’autotune si vous ne connaissez pas, c’est un logiciel qui déforme les intonations de voix permettant de donner une impression d’être au maximum de sa capacité vocale par une sensation de saturation au niveau sonore. Aujourd’hui son utilisateur le plus assidu reste bien sûr T-Pain. Il est loin d’être le seul à utiliser à utiliser cet appareil puisque Kanye West, Lil’ Wayne, Ron Browz, Chris Brown, Lil’ Kim, Ray Lavender, Cory Gunz, 50 Cent, Akon, Tyrese, Busta Rhymes, Snoop Dogg et bien d’autres l’utilisent. La France vient juste de s’y mettre plus sérieusement avec Booba, La Fouine ou Rohff sur son prochain album. Cela devient aussi incontournable que d’avoir tel ou tel artiste invité sur un album. A chaque nouvelle sortie, on se demande si l’artiste a utilisé l’autotune comme T-Pain à défaut de l’avoir sur son album finalement ! Le but de cet article n’est pas de dire si l’autotune est bien ou pas car de mon côté j’aime certaines chansons entièrement travaillée avec ce logiciel tout comme je n’en aime pas. Le but est plutôt de mieux cerner l’ampleur de ce phénomène et comprendre ce que son utilisation peut amener ou retirer à la musique aujourd’hui et au rap en particulier.

Pour parler de l’autotune, il faut d’abord parler du vocoder sorte d’aïeul de l’autotune. Au début dans les années 30, le vocoder était une machine qui offrait une solution pour améliorer la qualité des voix dans les conversations téléphoniques. Il a même été utilisé pour les conversations téléphoniques entre Franklin Roosevelt et Winston Churchill. Cependant la machine garde une utilisation limitée si on en croit ce qu’on peut lire sur Wikipedia, à cause du caractère robotisé des voix. La mécanisme du vocoder permet en fait de fabriquer un son synthétique d’une voix en la faisant passer par des filtres qui l’analyse. On ne peut donc déjà pas dire que le vocoder uniformise totalement les voix bien qu’on verra tout de même qu’il le fait dans un certains sens. Néanmoins malgré le semi-échec du vocoder dans les décénnies 1930-1940, un Allemand va y trouver un usage musical. Cet homme du nom de Werner Meyer-Eppler, directeur de l’institut de phonétique de l’université de Bönn, écrira même toute sa théorie au sujet du vocoder en 1948.  Quelques décennies plus tard, le vocoder a été modernisé et dès les années 70 son usage musical devient de plus en plus fréquent. Relié à un instrument comme un synthétiseur, les intonations changent en fonction des touches sur laquelle on appuie.

C’est aussi à peu près le principe de la talkbox, sorte de dérivée du vocoder relié par le biais d’un tuyau que l’on met dans la bouche, à une guitare ou un synthé. Les notes ou accords joués changent alors la voix du chanteur qui doit chanter avec le tuyau dans la bouche en évitant de baver pour ne pas prendre de coup de jus. C’était l’instrument . Vouz aurez reconnu à travers cette description Zapp et Roger Trouttman, véritable bâtisseur de la musique déformée dans le rap.

Zapp & Roger Trouttman ont eu leur période dorée au début de la décennie 1980 qui fut la décennie de l’expérimentation de la musique sur ordinateur avec l’usage intensif de vocoder. Les premiers à avoir oser furent les Allemands de Kraftwerk. De Kraftwerk à Afrika Bambaataa il n’y a qu’un pas nommé “Planet Rock” qui en 1982 reprend des voix passées au vocoder, sur de puissants breakbeats. Cela prouve bien que la mode de l’autotune aujoud’hui n’est pas une lubie récente sortie de l’esprit de T-Pain.

Entre temps ce sont des artistes de divers horizons qui ont utilisé la machine magique de Jean-Michel Jarre à George Clinton, en passant par Herbie Hancock avec le légendaire “Rock It” ou même Pink Floyd. Le vocoder va aussi servir de manière plus discrète. Ces vingt-cinq dernières années vous avez entendu les rockeurs, les rappeurs aussi bien que les boys band mettre des effets futuristes, robotisés, électroniques à la fin de certaines phases. Là encore c’est l’effet du vocoder. Cette pratique a été normalisée au point que l’on ne s’en rend même plus compte ! Les rappeurs quant à eux ont continué de s’en servir et cela a donné des tubes inoubliables comme le “Intergalactic” de Beastie Boys en 1998 ou “California Love” de 2 Pac avec Roger Trouttman, toujours lui, au refrain. Roger Trouttman, décédé en 1999, reste l’exemple rapologique le plus probant en matière d’utilisation du vocoder. C’est le lien entre l’ancienne génération et la nouvelle incarnée par T-Pain.

Entre temps, le vocoder, toujours utilisé, a été complété par l’autotune qui s’utilise sur ordinateur et qui corrige encore mieux les imperfections vocales des artistes qui l’utilise. Cette notion de correction vocale refait apparaître le problème d’uniformisation vocale dont j’ai parlé ci-dessus. T-Pain en prélude à la sortie de son dernier opus “Thr3 Ringz” et dans un contexte de robotisation à outrance de la voix de la plupart des têtes d’affiche du rap  et du R&B américain a signé et approuvé sa filiation avec Roger Trouttman, en disant que ce dernier lui aurait donné envie d’être dans la musique. Pouvait-il en dire autrement ? Lui même a avoué que sans l’autotune, sa carrière n’aurait pas été la même. Lui le rappeur fondu dans la masse de l’underground américain n’arrivait pas à percer et un beau jour par “le plus grand des hasards” (selon ses propos au BET Hip-Hop Awards) il tombe sur l’autotune. C’est à partir de là qu’il enregistrera “Fucked Up” remix de “Locked Up” de Akon et que ce dernier le signera sur son label et qu’il entamera une carrière R&B totalement basée sur l’usage de l’autotune. Le titre de son premier album d’ailleurs est d’ailleurs évocateur de ce parcours puisque “Rappa Ternt Sanga” n’est autre que la contraction de Rapper Turn To Singer c’est-à-dire la rappeur devenu chanteur. D’ailleurs cet héritage fut dur à assumer à assumer en témoigne sa performance vocale désastreuse aux VH1 Hip-Hop Honours de 2007.

Un an et demi plus tard et des succès à foison, T-Pain n’a plus à rougir et prend même cette histoire avec beaucoup d’auto-dérision en se mettant en scène en vidéo entrain d’avoir une dispute de couple avec son vocoder. Il faut dire que le contexte d’aujourd’hui est tout autre. L’autotune n’est plus le privilège que de quelques chanteurs qui ont su l’apprivoiser et désormais d’autres têtes d’affiches s’y sont mis.

Pour beaucoup la raison de ce changement d’orientation musicale est T-Pain. C’est un peu comme si après la bêtise d’un camarade, toute une classe d’enfants se retournait pour désigner du doigt le fautif sous la pression de la maîtresse d’école. Sauf que dans ce cas tout le monde assume le passage à l’autotune. Le premier de la liste c’est Lil’ Wayne, qui de plus prévoit un album en collaboration avec T-Pain sous l’entité T-Wayne. Depuis plus d’un an en tout cas, Lil’ Wayne joue avec sa voix aussi bien sur ses singles comme “Lollipop” ou “Got Money” que sur des featurings comme pour le “Swagga Like Us” de T.I. et Jay-Z ou sur des morceaux plus confidentiels comme “Me & My Drink“. Kanye West qualifie les performances autotunesque de Weezy comme les meilleures avec cette machine car la limite entre sa voix et les effets proposés par la machine est tellement floue que certaines fois on ne peut savoir s’il l’utilise ou pas. Mr West justement, est aussi devenu un afficionado de l’autotune et comme à son habitude, il a mis les deux pieds voir tout son corps dans le plat en sortant un album entièrement chanté à l’autotune. Là encore T-Pain n’est pas loin puisqu’il a participé à l’élaboration de l’album en aidant Kanye à s’en servir.

Ajoutez à cela  un featuring de Lil’ Wayne et voilà la ligue des plus fervents utilisateurs actuel de l’autotune réunie. Puis viennent tous les autres comme par exemple le producteur Ron Browz qui pour passez derrière le micro a décidé de le faire avec l’autotune. On peut alors logiquement se demander si l’autotune n’ouvre pas alors la porte de la musique à tout ceux qui ne savent pas chanter, bien que je ne sache pas si Ron Browz savait chanté avant d’utiliser l’autotune. Je me demande juste si l’utilisation du vocoder ou de l’autotune n’agrandit pas encore le chant de la musique comme l’a fait internet auparavant. En plus de ces trois exemples la liste est encore longue et dépasse les frontières des Etats-Unis. D’ailleurs ces machines sont utilisées depuis longtemps dans des musiques comme le raï ou le dancehall comme le rappelait fort justement Booba dans une interview pour se justifier d’utiliser lui aussi l’autotune. Là encore l’argument du dancehall fait naître une nouvelle interrogation qui rejoint en fait l’interrogation que j’ai développé plus haut. L’autotune ne sert-il pas de cache-misère à des artistes dont la voix est trop faible. Il y a quelques semaines ,DeMarco le chanteur du tube dancehall “Fallen Soldiers” et utilisateur avéré de l’autotune devait se produire en France. Or le show est annulé car le chanteur avait une extinction de voix due à son concert précédent. Plusieurs spécialistes de dancehall autour de moi ont invoqué le fait que DeMarco en utilisant l’autotune n’avait pas assez développé sa voix. DeMarco est d’ailleurs présent sur le dernier album de Booba, premier rappeur français a utilisé officiellement l’autotune sous l’influence du phénomène développé par T-Pain. Le résultat est à mon goût peu probant, la voix grave de Booba ne paraît pas vraiment compatible avec les effets procurés par l’autotune. Soprano vient lui aussi de l’utiliser légèrement sur le titre “Ca fait Mal (Rmx)” de La Fouine qui lui aussi va l’utiliser sur son prochain album tout comme Rohff. Bref la propagation est mondiale !

L’ utilisation répétée par de plus en plus d’artistes me fait poser plusieurs questions. La première emprunte le thème plusieurs fois abordé ci-dessus de l’uniformisation des voix des artistes. Certes chacun à sa propre voix et donc le résultat avec l’autotune est donc différent mais restre que la gamme vocale proposée par l’autotune est la même pour tout le monde. Donc si cette pratique se répand de plus en plus sur de plus en plus d’artistes, beaucoup de titres risquent de se ressembler. Dans un marché où les offres sont similaires il n’est pas dit que les acheteurs répondent présents ! Ce qui pourrait aggravé la crise de l’industrie du disque et la chute libre des ventes. En même temps si cette théorie s’avère vraie, cela encouragera aussi les artistes à plus de créativité, avec ou sans autotune, pour tirer son épingle du jeu. Cette théorie est proche du schéma de la crise économique actuelle où en voulant exploiter à foison un système on en a cassé les ressorts faisant complètement dérailler la machine. La situation dans la musique est quasi-similaire et l’autotune pourrait bien aggraver les choses.

On peut toutefois peut-être nuancer l’ampleur du phénomène sachant qu’aujourd’hui les modes musicales sont éphémères. Pourtant certains comme Kanye West estime qu’il est possible de créer avec du matériau déjà utilisé et c’est ce qu’il fait sur son dernier album “808’s & Heartbreaks” où il se sert de l’autotune avec plusieurs variations. Il fait même exprès parfois de mal l’utiliser pour mieux montrer les possibilités de cet outil. Allié aux sonorités à base de percussions parfois tribales, parfois trip-hop, il nous propose un cocktail futuriste de musique robotisée. Le futur musical sera t’il donc ainsi ? Avec des voix de robots partout ? Pourra t’on même faire chanter des ordinateurs ou des robots tout seul ? On peut aller jusqu’à se demander cela au point avancé où nous sommes.

Peace

Adrien aka Big Ad -Streetblogger.fr (votre serviteur)-

About the author

Adrien AkA Big Ad, Streetblogger (votre serviteur)

    7 Comments. Leave your Comment right now:

    1. Tu as oublié de parler de Teddy Riley !! lol

    2. Pingback: StreetBlogger » Les coulisses du remix d’Arab Money

    3. Pingback: Kanye West “808s & Heartbreak” @@@ « Sagittarius Hip-Hop reviews

    4. Pingback: Les coulisses du remix d’Arab Money :: Streetblogger Radio

    5. Pingback: StreetBlogger » Le dossier Kanye West

    6. by Rwan

      On peux rajouter Keri Hilson et les Black Eyed Peas qui utilise le vocoder maintenant, Christina Aguilera aussi pour son prochain album.

    7. Pingback: Quelques bonnes utilisations de l’Auto-Tune | Le Choix de Mlle Eddie

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>