Chaque époque musicale a ses familles légendaires qui marque le temps de leur empreinte. Les années 70 ont eu les Jackson ou les Isley, les années 2000 ont la famille Knowles. Beyonce a depuis bientôt dix ans le succès qu’on lui connait managée un temps par son père et suivie par sa mère pour ce qui est des costumes et autres. Il était donc presque impossible pour Solange de ne pas être dans la musique. Son premier album “Solo Star” était sorti en 2003 mais n’avait eu qu’une couverture américaine et japonaise. Il réunissait des producteurs comme Timbaland, Jermaine Dupri, The Underdogs et les Neptunes, et des invités tels N.O.R.E, B2K et Lil’ Romeo ce qui aurait pu plaire aux adolescents de l’époque dont Solange faisait partie puisqu’elle n’avait que 17 ans au moment de la sortie. Cependant l’album ne marche pas. Les trop nombreuses comparaisons avec sa soeur et sa jeunesse ne l’ont pas aidé à se faire, à ce moment, un nom dans la musique.

Un mariage, un enfant et un divorce plus tard, Solange qui avait disparue des radars nous revient avec un nouvel album sorti l’été dernier. Sol-Angel and The Hadley St. Dreams, c’est son nom, n’a rien à voir. Rien à voir avec la musique de sa soeur ce qui lui a permis de stopper toutes les comparaisons inutiles, et rien à voir avec son premier album qui apparaîtrait presque comme une erreur de jeunesse à côté de ce nouvel opus. Solange du haut des ses 22 ans a gagné une maturité qui se ressent dans sa musique devenue très soul en grande partie. Dans cet album où elle a travaillé avec les Neptunes, Mark Ronson, Jack Splash, Soulshock, Lamont Dozier, Solange réunit des influences diverses allant de la soul au rock en passant même pour un peu de techno sur “Cosmic Journey” avec Bilal. Un résultat vraiment très bon qualitativement mais aussi quantitativement puisque son single “I Decided” et l’album ont trusté la tête des charts dès leur sortie. Restait à confirmer tout cela sur scène.

Pour sa première date parisienne, Solange avait été invité au Showcase, club prestigieux niché sous le pont Alexandre III sur le port des Champs-Elysées. Il est à précisé que ce club accueillera d’autres artistes soul puisque Robin Thicke s’y produira le 4 novembre prochain, Raphael Saadiq le 12 et Estelle le 26.

A l’heure dite le groupe de Solange composé de musiciens tirés à quatre épingles prend place sur scène. Le batteur fait s’entrechoquer ses baguettes et c’est parti ! Les deux charmantes choristes entre sur scène dans de jolies robes noires. Puis c’est autour de Solange de faire son entrée dans une tenue assez marrante avec un imposant ruban rouge dans les cheveux, un petit haut blanc avec un smiley et une jupe noire. On l’a croirait tout droit sorti d’un dessin animé de Disney ! Mais derrière cette image quelque peu juvénile, on fait face à une artiste accomplie à la fois envoutante et extravertie. “Dancing in The Dark” et “T.O.N.Y” ouvrent le show. Le moins que l’on puisse dire c’est que Solange ne ménage pas ses efforts. Avec ces deux premières chansons, Solange et ses choristes proposent des chorégraphies tout en finesse à l’image des divas soul des années 60-70. Une ambiance assez rétro qui colle parfaitement à la couleur des morceaux.

On passe un cran au-dessus avec “Cosmic Journey” dont la puissance est décuplée sur scène. Le passage techno de la chanson a été reconverti à la sauce rock pour l’occasion. L’intensité est énorme, Solange arrangue le public et saute dans tous les sens. C’est un déluge de grosses vibes. Directement dans l’enchainement de cette chanson elle propose sa version de “Love Lockdown de Kanye West. Une version que Solange a voulue plus rock et à laquelle elle a changé quelques paroles. Là encore, elle donne énormément. D’ailleurs l’intensité ne rebaissera pas durant ce concert. Même les morceaux moins rapides comme “6 O’Clock Blues” apparaissent plus puissant. Solange n’hésite pas à raconter l’essence de ses morceaux entre chaque, fait monter un fan sur scène pour danser ou même faire un brin d’humour lorsqu’elle se rend compte que son décolté commence à faire ses valises.

Après être descendue chanter dans le public, la belle termine le concert avec ses deux singles que sont “Sandcastle Disco” et “I Decided”. Un final de toute beauté pleine de grâce, Solange continue son effort jusqu’au bout. Puis elle quitte la scène. Elle revient quelques secondes après saluer le public accompagné de son fils. Puis tout le monde revient sur scène pour un rappel. Solange décide alors de terminer sur une note un peu plus douce et délicate avec “Valentine’s Day”. Pendant sa performance son fils réapparait sur scène pour ramener à sa maman le thé qui l’attendait en coulisse. Une fin attendrissante pour un excellent moment d’une heure environ. Solange

et sa troupe n’auront laissé aucun temps mort. C’est sûr, la scène plaît à la magnifique Solange qui a su donner une autre dimension à son excellent album. L’avenir lui tend les bras c’est une certitude !

Remerciements au Showcase, Nous Productions et Polydor.

Peace

Adrien aka Big Ad -Streetblogger.fr (votre serviteur)-

About the author

Adrien AkA Big Ad, Streetblogger (votre serviteur)

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>