Cette année encore, la fête de l’Humanité réunissait une pléiade d’artistes de diverses horizons musicales, tels que Cali, Babyshambles (groupe de Pete Doherty) ou encore Tiken Jah Fakoly, pour ne citer qu’eux. Mais le groupe le plus attendu était sans aucun doute N.E.R.D, la formation de Pharrell Williams.

Les membres du Billionaire Boys Club, n’ayant jamais donné de grosse prestation en France, ont offert aux spectateurs de la fête de l’Huma un spectacle dynamique, présentant leur album sorti en juin dernier, « Seeing Sounds. »

Malgré l’absence sur scène de Chad Hugo, l’arsenal pour donner une prestation lourde a été sorti : devant les deux batteurs avaient pris place un clavier, un guitariste, un bassiste, et Shay et Kenna assuraient les backs.

C’est avec « Anti-Matter » que Pharrell et ses acolytes ouvrent le show. Un titre assez lent, rythmé par la guitare électrique, caractérisant parfaitement le mélange entre rock et hip-hop qui fait l’identité de N.E.R.D depuis 2001. Le groupe a ensuite enchaîné ses tubes, faisant monter l’ambiance et la température au fur et à mesure.

C’est en entamant « Spaz », titre phare de Seeing Sounds oscillant entre jazz et drum’n’bass, que tout prend une dimension supérieure : dopé par les batteurs de la bande, Pharrell devient complètement surexcité et fait éclaté le morceau ! La chanson se termine sur un duo des deux batteurs qui maltraitent leurs instruments avec une justesse extraordinaire.

Pas de pause ou presque. À peine le temps de s’échapper des bras d’une fan à qui il demande gentiment de le laisser terminer le concert, que Pharrell lance « Everyone Nose », retouché spécialement pour l’occasion. Les caisses claires sonnent comme des claps avec de l’écho, puis les musiciens enchaînent avec la version originale de la chanson.

À chaque refrain, les trois chanteurs soulèvent la foule. Le retour des claps d’introduction annonce la fin du morceau, cependant un air familier fait irruption. Un des musiciens a eu l’idée de placer la mélodie de « Seven Nation Army » des White Stripes, puis le refrain repart, mêlé à la mélodie du groupe anglais : on frôle l’hystérie collective !

Après quelques minutes de gros délire, le concert touche à sa fin.

Les fans qui ont eu la chance de monter sur scène regagnent la terre, mais il est sûr qu’ils ont dû prendre quelques heures pour redescendre de la lune où Pharrell et ses collègues les ont envoyés !

Pareil pour le public, éclectique et de tout âge, totalement conquis : les fans sont comblés et ceux qui ne connaissaient pas encore N.E.R.D, agréablement surpris ! En sortant du concert, plusieurs d’entre eux cherchaient même à en savoir plus sur le groupe qui a enflammé la soirée.

Même si on s’attendait à une prestation « suffisante » du groupe, vu l’image clinquante que dégage Mr Skateboard P (surnom de Pharrell Williams), il faut avouer que N.E.R.D a été généreux dans l’effort, Pharrell en tête.

Il paraît difficile et quasi-inutile de classer cette prestation, tout comme la musique de ce groupe sans limites, tant la bonne musique et le spectacle étaient au rendez-vous !

Peace

Candice Mayemba & Adrien aka Big Ad -Streetblogger.fr (vos serviteurs)

About the author

Adrien AkA Big Ad, Streetblogger (votre serviteur)

  • Kohndo Soul Inside
    Kohndo Soul Inside

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>