J’ai RDV dans le 77 pour une rencontre privilégiée avec Flynt. La ville de Mitry Mory organisait le 24/05/2008 un festival Hip Hop : le Urban Fantastik. Le temps n’était pas de la partie, la pluie omniprésente a rendue impossible la tenue du show case de Flynt et la poursuite du Festival en général. Mais, Streetblogger était là et nous en avons profité pour aller interviewer Flynt avant son prochain concert du 30 mai au Trabdendo. C’est dans la voiture, pluie battante que nous nous parlons.

Flynt, peux tu te présenter ?

Je m’appelle Flynt, je rappe depuis 10 ans. J’ai toujours aimé écrire. Quand j’ai découvert le rap fin début des années 90, j’ai pris une grosse baffe, et puis j’avais des potes qui écrivaient en scred, et moi j’avais une platine vinyle et j’achetais des maxis, et j’avais pleins d’instrus, donc ils venaient rapper à la maison, et comme j’aimais écrire et que j’aimais bien les moments qu’on passaient ensemble à écouter du son, je me suis mis à écrire et à faire du rap. Ca c’était en 1995-96 : donc ça fait même plus de 10 piges. Mais en fait les 3 premières années, j’écrivais juste comme ça. C’était tout pourri ce que j’écrivais à cette époque. Je n’ai enregistré mon premier couplet en studio que 2 ou 3 ans après avoir commencé à écrire.

Flynt on va parler maintenant d’Explicit 18 qui a été un très beau projet sur lequel tu as invité nombres de MCs du 18ème :

Certains sont là dans la voiture d’ailleurs : Explicit 18 c’était un projet qui me tenait à cœur : forcément pour un habitant du 18ième comme moi. Le18ième, c’est un vivier de MC’s, c’est un des berceau du rap en France : il y en a quelques autres, le 18ième en fait partie, au même titre que Saint-Denis, Marseille ou encore Boulogne et le 94… On l’a fait avec les moyens du bord, sans expérience de production, mais on l’a fait avec le coeur et du mieux possible. Au final, c’est un projet qui a connu un très bon accueil du public. C’était important de le faire parce que dans le 18ième, il y a une vraie démarche, une vraie mentalité : certains appellent ça l’Ecole du 18ième .

C’est des mecs comme Fabe ou la Scred qui t’ont donné envie d’écrire ?



Non pas du tout : je te l’ai dit tout à l’heure, j’écrivais déjà avant de faire du rap. Après ce qui m’a donnée envie de faire du rap, c’est ma découverte du rap au début des années 90, j’ai su tout de suite que ça allait être ça la musique que j’allais aimer et que c’était ça qui me plaisait : le rap est devenu un loisir et une passion. J’écoutais tout ce qui sortait, j’aillais acheter des disques, je lisais des magazines, je regardais RapLine, j’étais devenu accro au rap. Ce qui m’a donné envie d’écrire du rap, c’est que j’avais des potes qui venaient à la maison et qui rappaient et moi je les voyais écrire des textes. Ayant toujours aimé écrire je m’y suis mis aussi.

Flynt, tu as sorti un premier maxi en auto-promo qui a eu un bon succès d’estime et derrière tu as enchaîné sur ton premier album qui s’appelle « J’éclaire ma ville » :



Il y a eu quand même trois maxi avant l’album. Ayant découvert la musique en général et le rap en particulier avec les vinyles, j’avais envie de reprendre ce cheminement de sortir un vinyle. J’ai sorti “Fidèle à son contexte” en maxi parce que c’est ce titre là que je voulais que les gens écoutent, juste ce morceau là. En plus, c’est beau un maxi en terme d’objet. Et après il y a eu les maxis “Comme sur un plaground” et “1 pour la plume”.

Ensuite tu as sorti ton album en mai 2007 ?

Exact, l’album a été distribué par Just Like, et produit/ co-produit avec Label Rouge.

Tu as mis combien de temps pour écrire cet album? Je sais que tu es très perfectionniste déjà en terme de lyrics, mais aussi et surtout en terme de prods, combien de temps as tu mis pour “finaliser tout le produit” ?

En tout mon album m’a pris un peu plus de 2 ans et demi : à partir du moment où l’album s’est imposé à moi : j’avais un maxi, deux maxis… et le moment était venu de faire un album. Ca a mis du temps parce que j’ai fait avec les moyens du bord au départ et en plus je suis un mec qui gamberge beaucoup, et puis j’ai pas envie de raconter de la merde, j’aime bien la technique, j’aime les rimes, les punchlines, j’aime donner du sens, j’aime les grosses phases et tout cela prend du temps.

Et tu es perfectionniste, notamment au niveau des prods …

Attends j’ai été bercé au rap américain, tu vois ce que je veux dire… donc quand un mec vient aujourd’hui avec un instru, il ne peut pas me la faire: quand tu as mangé du son cainri pendant presque 20 ans et qu’un mec vient avec une prod “pas terrible”… moi j’ai pas envie de faire un morceau pour faire un morceau avec une prod balourde. Donc à plus forte raison pour mon album, j’ai cherché les meilleurs instrus que je pouvais trouver, ceux qui me parlent tout simplement, ceux qui collaient avec ce que j’avais dans la tête ou ce que j’avais déjà écrit, ceux qui m’inspiraient quelque chose… Effectivement ça a pris du temps aussi. Cela m’a pris du temps de trouver les instrus, cela m’a pris du temps d’écrire, mais en même temps je ne fais pas que ça : je travaille à coté aussi. Ce que je peux dire c’est que cela est important pour mon équilibre d’avoir le rap et un travail.

Si demain le rap te faisait “vivre” : tu ne ferai que du rap ?

Je ne sais pas.. mais pour mon équilibre, je préfère ne pas faire que du rap : j’ai essayé pendant un moment de ne faire que ça, et j’ai vite pété un plomb, je suis vite parti chercher un taf, parce que j’en ai besoin tout simplement pour mon équilibre. Et puis le style de rap que je fais, c’est pas ce qui rapporte le plus en France ( rires ).

Tu ne vas pas faire de hits qui passent en radio que pour la thune, tu ne fais pas de rap “fast food”?

Exactement, ce n’est pas la politique de la maison. Ce que je cherche, c’est toucher les gens, que ça leur parle. Je cherche à vivre des moments que je n’aurais pas pu vivre sans la musique et surtout à faire passer un message, à faire du rap vrai. « 1 pour la plume » c’est pas pour rien… les lyrics sont pour moi la base de cette musique, c’est fondamental. Et comme je dis dans le morceau c’est ex aequo avec le gros son. Ecrire c’est dur, ça prend du temps, il y en a qui vont vite, moi je ne vais pas vite : je soigne mon écriture et j’essaye d’apporter des choses positives. Les gens qui me connaissent savent comment je fonctionne. Je ne suis pas dans la course à la production, à celui qui va faire le plus de trucs, ça je m’en fous… je veux que mes écrits restent dans le temps.

On va maintenant parler des deux concerts, : celui à la Maroquinerie qui a eu lieu en janvier et il y’en a un qui suit au Trabendo le 30 mai, est ce que tu peux nous en parler ?

Le concert à la Maroquinerie c’était mon premier concert : enfin premier vrai concert “Flynt à Paris”, où c’était moi que les gens venaient voir. On a fait complet quelques jours avant, donc ça a été une bonne surprise, et puis c’était un concert mortel : tu étais là d’ailleurs, tu as écrit un article sur ce concert, il y a d’ailleurs quelques petites fautes d’orthographe (rires) : sérieux par exemple, au début il y a écrit Shido, et à la fin il s’appelle ShiNo, moi l’orthographe j’adore ça, je suis peut être l’un des rares Mc qui aime l’orthographe (rires)…

Le Teaser du DVD du Concert de Flynt à la Maroquinerie :

Le concert du Trabendo le 30 : suite à la Maroquinerie où on avait fait complet et où cela s’était bien passé, les gens chantaient les paroles pendant le concert, faisaient les backs, c’était vraiment bien, donc on a voulu enchaîner en fait, refaire une date à Paris, dans une salle un peu plus grande : on ne sait pas si ça va marcher, si ça va être rempli ou non, mais en tout cas on se prépare. C’est surtout, que cela va faire un an que l’album (NDR : “J’éclaire ma ville”) est sorti. On veut donc fêter les 1 an de l’album sur scène avec tout le monde. C’est aussi pour boucler la boucle de l’aventure de l’album qui a été une belle aventure : on l’a sorti, on a fait des clips, on s’est bien marré, on a rencontré des gens, on est parti en province, on a fait des concerts, on a eu de bons retours ; il y a des gens que ça a vraiment touché, et donc c’est une belle histoire cet album jusqu’à présent, et j’espère et je vais tout faire pour qu’au Trabendo ça soit un genre de point d’honneur de cette année passé.

Est-ce que tu as d’autres projets après le concert, envie de faire un nouvel album ?

Faire un 2ème album, oui bien sûr et continuer à faire des scènes ! C’est pour ça qu’on a fait l’album, c’était pour l’emmener sur scène. Après je n’ai pas vraiment de projets, à part faire des morceaux avec des potes : parce que je n’ai pas fait beaucoup de morceaux ni de featurings avant l’album ni après d’ailleurs. Je me suis surtout concentré sur mon album et sur les scènes. J’ai reçu beaucoup de propositions depuis l’album mais je ne peux pas tout faire. Récemment, j’ai fait un morceau avec Le Rat Luciano et Gino, enregistré à Marseille qui sera sur l’album de Gino. Au début quand j’ai commencé le rap, je rêvais de faire un morceau avec Le Rat : c’est le MC que je respecte le plus, maintenant que j’ai fait ça, je peux arrêter le rap (rires).

Tu vas en faire un avec Pejmaxx ? Mais tu es dur avec le choix des prods :

Attend les mecs (NDR : les Soulchildren) m’ont fait “Retour aux fondamentaux” : quand ils m’ont ramené l’instru, quand j’écrivais mon couplet dessus, j’étais comme un gamin avec son premier jouet : donc il faut qu’il me ramènent un “Retour aux fondamentaux 2” Soulchildren ont aussi fait “Mes sources” et “La gueule de l’emploi” : c’est du haut niveau. J’attend un instru de haut vol de leur part ( rires).

Et faire un deuxième album ?

Forcément oui, vu comment le premier s’est passé. Je sais qu’il y a des gens qui m’en parlent, qui me disent « oui, il faut que tu enchaîne le deuxième » le public attend apparemment, mais maintenant j’ai dit que je ne sortirai pas de 2ième album si je n’ai pas les sons qui pètent encore plus que sur le premier. Je veux des sons encore meilleurs, donc pour l’instant j’ai pas d’instrus qui sont arrivés, et puis tout mon temps je le passe à préparer les concerts, à bosser sur le DVD (NDR : qui sortira ce mois ci (c’est le DVD du Live à la Maroquinerie )) : mais par rapport à cela je suis plus en retrait quand même. Donc oui bien sur faire un deuxième album : c’est la priorité, mais pour l’instant pas forcément d’actualité. Ca traîne dans ma tête en tous les cas… encore faut-il que j’écrive de bons textes…

Plus d’informations sur Flynt sur son myspace : www.myspace.com/flyntmc

Et retrouvez aussi l’article sur le concert de Flynt ici : http://www.streetblogger.fr/2008/chroniques/concert-de-flynt-a-la-maroquinerie.html

Interview réalisé le 24/05/2K8 par Dany aka Rastaiam – pour www.streetblogger.fr

About the author

Dany AkA Rastaiam, StreetBlogger - Pour vous servir! Bonne lecture! N'hésitez pas à nous donner vos commentaires, remarques et critiques! Peace. Retrouvez moi sur http://hiphop4ever.fr/