Présentation JD 2008 

Pour les amateurs de danse hip-hop qu’ils soient de France, de Navarre ou d’une contrée lointaine, le Juste Debout est un des évènements incontournables de l’année. Pour cette 7eme édition de ce concours des danses hip-hop strictement debout, la nouveauté était au rendez-vous. En effet, le Juste Debout a muté et passe de la salle Pierre de Coubertin au Palais Omnisport de Bercy ! Le spectacle et le public allait-il être à la hauteur d’une des plus grosses enceintes de la capitale ? 

               

                   Bercy était rempli au deux tiers pour la 7e édition et la scène au centre donnait des allures de ring au milieu duquel les danseurs tels des gladiateurs s’affrontaient au rythme des réactions d’un public assez réceptif malgré la longueur de l’épreuve (de 14h à 0h !). Cependant le Juste Debout ce n’est pas qu’une compétition qu’on se contente de regarder bien assis sur son fauteuil comme un match de foot, le Juste Debout c’est un tout ! Le Juste Debout c’est une compétition entre danseurs jalonnés. C’est aussi un public truffé de danseurs amateurs jeunes et anciens, combattants de la première heure ayant déjà participé à la compétition ou jeunes loups pleins d’énergie venus s’afficher. Ce mélange fait que chaque édition est le théâtre de la formation de multiples cercles où tout ceux qui en on envie et qui s’en sentent les moyens viennent s’exprimer avec leurs corps. Cette année on pouvait redouter que la taille de Bercy empêche cette ambiance de s’installer. Ambiance dans les coursivesL’organisation pour éviter tous doutes avait réservé un morceau des coursives à tous les danseurs. Ces derniers se sont aussi appropriés l’arrière de la salle au cours de la journée d’autant plus que le dj dans les coursives avait éteint ces platines vers 18h. Bercy n’a donc en rien altéré à l’ambiance si particulière qui a fait le charme du Juste Debout ces dernières années.

 Bruce & Nasty mettent l’ambiance 

Pour ce qui est du jury  cette année tout comme pour les danseurs, le plateau était de choix. Mr Stretch de New York représentait le crew Elite Force. Il était accompagné de miss Rissa en provenance du Japon, de Mr Rabah spécialiste français de la house. La cerise sur le gâteau était la présence de Wiggles du mythique Rock Steady Crew. L’animation de la journée était donnée à Nasty et Bruce Ykanji, l’initiateur de cette compétition depuis plusieurs années. Ce petit panorama fait, place à la compétition !

 

Phase de lock La première catégorie lancée dans l’arène du POPB était celle du lock. Les premiers battles épurent les danseurs, et dès le premier tour, les gagnants 2007 Loic et Manu tombent. La compétition a été très serré du début à la fin, et va se résumer à des affrontements à couteaux tirés entre les groupes asiatiques et européens pour se solder par une finale opposant logiquement les japonais Sejin et Yukari aux français P-Lock et G-Soul qui ont survolé leurs rencontres du début à la fin. Sejin & YukariCependant la finale n’a pas été de tout repos pour les deux compères puisque les danseurs japonais qui ont dû passer par des sélections très relevées dans leur pays tout donné pour l’emporté. Les juges décident un dernier passage pour départager les deux équipes durant lequel les Japonais donneront tout. C’était sans compter sur l’aisance de P-Lock qui a enchainé les grosses prestations durant toute la compétition et remporte avec G-Soul la catégorie.P-Lock & G-Soul

 Le pop proposait cette année un plateau plus que relevé. Et ce que la liste des danseurs laissait présager a bien eu lieu sur la scène. Mais qui dit niveau élevé dit beaucoup de noms ronflant qui mordent la poussière. A ce jeu les japonais encore une fois on dominé les débats malgré leur infériorité numérique. Ils laissent au tapis Salah et Hakim,  Pepito et Djidawi, l’équipe franco-américaine de Junior Boogaloo et Walid ou même Frankey & Richard pour ne citer qu’eux … Comme pour le lock, une équipe a dominé tous ces duels de manière plus éloquente que les autres et gagne la compétition. Félicitations donc à Kei et Gucchon qui ramènent le trophée au Japon.  Kei & Gucchon

Pino & KenzoLa house catégorie qui peut paraître un peu plus fermée pour les amateurs occasionnels (comme moi !) a retenue surtout l’attention des passionnés. Pour cette catégorie le public à sembler s’assoupir un peu à chaque fois que les battles ont eu lieu. Encore une fois les japonais ont tenu la dragée haute à tous les européens présents pour les évincés tour à tour. Pino et Kenzo remporte la finale face à leur compatriotes Hiro et Tentsui. Ce sont les deux meilleures équipes qui sont atterries en finale et là encore le niveau fut serré.

Phases finales du New Style 

La catégorie qui a le plus retenu le public en haleine a été le hip-hop new style. On peut attribuer ce fait au phénomène de mode, certes moins intense en ce moment (atténuer par la tectonik), entretenu par des films et des clips assez nombreux et surtout exploités par des artistes et des industries à la notoriété et au pouvoir important. Là encore le niveau était assez relevé et on a longtemps cru que les jumeaux jeunots des Twins allaient emporter la compétition. Lors de leurs deux premiers tours ils se permettent de sortir des anciens sous les vivas d’un public acquis à leur cause mais qui a su réagir sur les gros passages de leurs adversaires. Go & Meech ainsi que Hugson et TIP sont leurs victimes du jour mais sont tomber largement avec les honneurs. Cependant les deux frères  sont tombés sur un os nommé Niako et Salas. Les deux danseurs respectivement du 95 et du 59 sont montés en puissance durant la compétition sans faire de bruit. Face aux Twins, ils avouent avoir tout misé sur la chorégraphie à l’image des deux frères. Et à ce jeu, plus en forme physiquement ils ont enchainé sans laisser de répit. Leur chorégraphie de la joute d’escrime leur casquette en guise de casque finissant de retourner le public en leur faveur. Les Twins alors au tapis, la compétition reste en famille puisqu’en finale Salas retrouve Cecef, son frère, accompagné de l’excellent Sofiane. Et comme eux-mêmes s’y attendaient la finale a baissé en intensité par rapport aux tours précédents. Niako et Salas remportent la compétition dans une ambiance très positive, heureux d’avoir participé à une épreuve « qui évite de stigmatiser la danse et le hip-hop » selon Niako.Salas & Niako : les gagnants du New Style

 Ce n’est pas Scorpio mais une très belle photo dans la catégorie expérimentale !

L’expérimental a été quelque peu expédié durant ce qu’on pourra appeler un entracte et en l’espace d’une dizaine de minute Scorpio remporte la compétition.

 

Au final on sort de cette journée marathon à minuit (ou au petit matin pour les irréductibles de l’after !), après 10 heures de show, les yeux explosés à cause des éclairages de Bercy. Mais on sort heureux d’avoir pu assister à un très bon moment de hip-hop qui malgré son déménagement dans un enceinte plus grande reste réussi n’en déplaise aux jaloux !

Qui pourras le faire ?

  

Peace

  

Adrien aka Big Ad –www.streetblogger.fr (votre serviteur)-  Photos par Nasha (t’es la meilleure !) 

 

… et une spéciale pour Claire ma cousine qui m’a aidé au pied levé pour cette journée !

About the author

Adrien AkA Big Ad, Streetblogger (votre serviteur)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>