dirty1.jpgLabel: Bad Taste Records
Sortie: 10.2007

Après deux albums et 2 mixtapes officielles, revoilà le groupe de Kentucky Cunninlynguists pour un album, je le dis d’entrer de jeu excellent.

Cunninlynguists c’est désormais 2 MC en l’occurrence Deacon et Natti et un producteur de génie Kno. Leur premier album sorti en 2001 “Will rap for food” reçu de vive critique positive. Sans suivirent les albums “Southernunderground” sortie en 2003 et “A piece of strange” en 2006. Après avoir partagé la scène avec des pointures comme Kanye West, Aesop Rock, Raekwon ou Brand Nubian et produit des sons pour KRS-ONE et Lil’Scrappy, le groupe n’a plus rien à prouver de leurs talents et les voilà de retour avec un 4ème opus “Dirty acres”.

Ce qui choque d’abord lors de la première écoute du disque ce sont les productions qui sont ultra-travaillées et qui prennent une proportion tellement mélodique que l’on est directement plongé dans le disque.

On sent que les samples jazzys voir soul sont choisis méticuleusement en adéquation avec un beat toujours hyper carré et souvent accompagnés de musiciens.
Le résultat est vraiment impressionnant sur des morceaux comme “Dirty acres” ou “The park (fresh air)” ou l’on retrouve la collaboration du jazzman Chizuko Yoshihiro.

Au niveau des MCs pas de soucis, vivement inspirés de Outkast et la Dungeon family on a le droit à du vrai rap avec des vrais textes. Il suffit d’écouter le morceau “K.K.K.Y.” dédié au Ku Klux Klan ou encore “Things a dream” pour comprendre que les Cunninlynguists n’ont pas la langue dans leurs poches.

Au niveau des featurings on retrouve également des pointures, notamment Phonte de Little Brother sur la bombe “Yellow lines” ou Devin The Dude sur le nostalgique “Wonderful”.

L’album se laisse écouter du premier au dernier morceau et l’on aimerait même en avoir un peu plus tellement l’ambiance du disque est unique.
On passe de morceau transcendant et brut dans le plus pur style hip hop à des morceaux très relaxants, romantique et jazzy.On se laisse apaisé par l’ambiance envoûtante qui émane du disque et l’on prend plaisir à le passer en boucle tellement les sons sont complexes.

En conclusion je vous donnerai le conseil d’aller vous procurer cette galette de toute urgence, de vous poser dans votre fauteuil préféré avec la boisson de votre choix et de vous laisser bercer par ce magnifique CD teinté d’émotion du début à la fin. Définitivement une des grosses sortie de la fin de l’année 2007.

cunninlynguists.jpg

Streetblogger a eu l’occasion d’interviewer les Cunninlynguists en exclusivité juste après leurs passages sur la scène du Glaz’art le 28.02.2008

Alors comment était cette scène?

Cunninlynguists (encore tout essoufflé): On était ici au Glaz’art, on a aimé le concert. On a fait notre truc ça faisait deux semaines que le concert était complet. Il faisait super chaud sur scène, on a donné tous ce qu’on pouvait… On aime la France ici il y a plus de booties qu’ailleurs… On était ici pendant quelques jours on aime beaucoup la ville de Paris…

Comment était le public ce soir?

Cunninlynguists
: C’était vraiment bien, on était très proche du public, qui est devenu un peu fou vers la fin du concert en plus les gens au premier rang était vraiment proche… Il on aimait notre show…

Merci, à bientôt

Chroniqué par K-lé pour Streetblogger.fr

Interview de Sidy pour Streetblogger.fr

Clip Cunninlynguists “K.K.K.Y.”

About the author

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>