ghostfacebigdoe.jpgChronique de GHOSTFACE KILLAH “THE BIG DOE REHAB”

Label: Def Jam

Sortie: 12/ 2007

Après deux albums excellents sorties en 2006 “Fishcale” et “More fish”; Ghostface le pilier du Wu Tang revient avec un 7eme album “The Big Doe Rehab”.

Comme pour chaque sortie de disque d’un des membres du WU, l’album est accompagné de polémiques ou d’embrouilles. Cette fois ci Ghostface se permet carrément de repousser la sortie tant attendue de l’opus du W qu’il ne juge pas assez bon.

Bref, passons et attardons nous sur cette galette, en sachant que à chaque nouvel album, Tony Starks est attendu au tournant.

Mais la encore, dès la première boucle de sampler on est conquis par Ghostface qui reste fidèle à ses habitudes, gros sons lourds avec samples de vieux disques de Soul bien poussiéreux et des lyrics magnifiques portés par sa voix unique.

On ouvre le rideau avec une intro “At the Cabana” qui sonne très latino et nous plonge dans le Spanish Harlem de New York. Le disque est lancé et nous séduit encore un peu plus avec le second morceau qui invite Beanie Sigel sur une prod. bien lourde puis “Yolanda’s House” première grosse claque en travers de la mâchoire. La boucle du morceau est composée d’une belle voix Soulfull et on retrouve avec plaisir Method Man et Raekwon balançant des grosses punchlines.

Ghostface nous laisse à peine respirer que c’est reparti pour “We Celebrate” en feat. avec le légendaire Kid Capri pour un morceau qui pue les Block Parties des années 80 sur un sample de “I just want to Celebrate” de Rare Earth.

L’album est vraiment excellent et tout les morceaux méritent d’être écoutés tellement ils sont bons et par moment originaux. Ecouté “Walk around” ou le magnifique “I’ll die for you”qui nous ramènent à l’époque de son second album classique “Supreme Clientele”. Ecouté aussi “Supa GFK” ou “Killa Lipstick” sur lesquels Ghostface s’amuse à rapper sur des vieux disques.

L’ambiance du disque sonne donc très Soul; le principal de l’album ayant été produit par les Hitmen on retrouve une palette de sons qui correspondent parfaitement au portrait du monsieur, c’est-à-dire une peinture des quartiers de New York en passant bien sur par les bons vieux clubs de Jazz et de Soul.

Pour Cela Ghostface nous gratifie de ses textes toujours aussi délirants, parfois pour aborder des femmes comme sur “Slow Down” feat. Chrisette Michele, parfois pour partir dans des trips de braquage à la Wu Tang comme sur “Yapp City” ou dès fois pour se la raconter tout simplement.

Les membres du Wu Tang sont bien présents, notamment sur ” Praisley Darts” ou on retrouve Raekwon, Sun God, Trife, Method Man et Cappadonna pour une petite boucherie qui suinte l’esprit originel du W.

En conclusion une des grosses sorties qui ravira les fans du Wu Tang Clan mais aussi les autres car je classerais cet album parmi les tout meilleurs de Ghostface. Quoi de mieux que de se replonger dans l’esprit originel du Hip Hop New Yorkais teinté de Soul, de gros beats et de lyrics bien écrits?

Espérer que l’année 2008 sera celle du WU TANG CLAN!!!

Chroniqué par K-lé pour STREETBLOGGER.FR

1659874132_e907d49f5a_o.jpg

CLIP GHOSTFACE KILLAH “WE CELEBRATE”

About the author

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>