Yann CouedorLa passion. C’est ce qui anime l’artiste peintre Yann Couedor que j’ai eu le plaisir de rencontrer dans les magnifiques studios de la Grande Armée au cœur du Palais des Congrès. Logique était son destin de peintre puisque c’est à l’âge de huit ans qu’il manie ses premiers crayons à l’atelier Besse de Tours. Passion qui le conduira en Afrique du Sud où il étudiera l’art international à l’université de Cape Town.
Ce qui est frappant chez Yann Couedor, c’est son amour pour la musique. A l’image du jour où il découvre ce mouvement de la fin des années 80, la New Jack, avec des artistes comme Bel Biv Devoe, Guy ou encore Bobby Brown. S’en suit le Hip-Hop dans les années 90 avec LL Cool J, Jodeci, Tupac, SWV (Sisters With Voices) ou encore Notorious BIG dont il peint une toile sublime en noir et blanc sur fond de photos de Faith Evans et de P.Diddy. Car c’est également là que résident son talent et son immense connaissance, chaque tableau contenant un fond qu’il crée avant de peindre et qui est généralement composé de photos ou de revues de presse en relation directe avec l’artiste. Ces années 90 sont aussi pour lui D’Angelo, avec Brown Sugar son album de 1995 qu’il décrit comme une « claque » , qu’il peint à la perfection et qu’il affectionne d’autant plus qu’il eut le plaisir d’assister à son concert au Grand Rex en 2000 et dont il garde un souvenir impérissable. On pourrait imager en disant que Yann Couedor plante le décor et fait ensuite intervenir ses personnages faisant ainsi de son art une véritable mise en scène. C’est un vrai travail de recherche qu’il effectue au quotidien et c’est d’ailleurs avec la même assiduité qu’il s’adonne à une de ses autres activités : la collection de disques. A mesure qu’il écoute et découvre de nouveaux artistes, il devient naturellement collectionneur et n’hésite pas à ce titre à passer des heures à chercher l’album rare ou la réédition Soul d’époque. Au passage, on peut évoquer la toile de Barry White qu’il créa après sa mort et où il le représente à trois époques de sa vie : le rythm and blues, la Soul et le Disco.
On ne peut rester qu’admiratif devant l’engouement et la culture de Yann Couedor et l’attachement qu’il voue à la musique et à l’art car n’allez pas lui demander de peindre à la chaîne parce que là encore, il faut qu’il ressente un véritable feeling pour l’artiste, que sa musique lui procure une émotion, une envie, à l’image de la toile de Spike Lee où l’idée lui est venue en pleine nuit. Preuve de son intégrité face au travail, Yann Couedor ne triche pas avec ses toiles.
A une époque où l’enthousiasme pour la musique se dissipe, il est plaisant de rencontrer des gens passionnés pour ce mouvement qu’est la musique afro-américaine de la Soul, du Jazz, de la Funk et du Hip-Hop. Yann Couedor s’inscrit à coup sûr dans la lignée des puristes et des amoureux de cette musique. Chapeau l’artiste.

Je vous invite à visiter son site : http://lissen2myart.blogspot.com/ pour découvrir ses oeuvres.

About the author

  • Kohndo Soul Inside
    Kohndo Soul Inside

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>