scandinavian HipHop InvasionDistribuée par Border-Blaster (Lalcko, Coffret des 15 ans de Generations), la compilation Scandinavian Hip-Hop Invasion était présentée Vendredi 25 Janvier un mois avant sa sortie en France et un concert à l’Elysée-Montmartre. Compte-rendu de la journée…Comme chacun sait, le hip-hop est un langage universel et la Scandinavie elle aussi le pratique.

Tout commence Vendredi 25 Janvier à 15h au Centre culturel suédois dans le IIIe arrondissement. Rendez-vous est pris avec la crème du rap et du R&b directement venue du froid. L’équipe représente la compilation Scandinavian Hip-Hop Invasion lancée par Border-Blaster déjà responsable du Street Album de Lalcko et du coffret des 15 ans de Generations. Après quelques minutes de retard les rappeurs arrivent après avoir chauffé les micros de DJ Juan sur Generations. Dans cet effectif réduit qui représente la compilation on trouve en provenance de Norvège le producteur Tommy Tee et le rappeur Son of Light. Timbuktu, la délicieuse Nalija, Chords (qu’on a pu entendre sur U Call That Love de J-Ro), Moe des SpotRunnaz et Lazee futur star du rap dans son pays et peut-être au-delà.A peine arriver les artistes n’hésitent pas à venir à notre contact, les présentations se font et déjà j’engage une discussion mode avec Lazee. La conférence qui a lieu dans l’auditorium du Centre prend du retard mais en bon artiste Chords qui à déjà repérer un piano se lance dans des reprises de Mario ou de Dr Dre sur lesquelles les artistes font quelques impros.16h30, la conférence débute : les artistes se présentent chacun leur tour mais l’inconnue sur la scène scandinave et surtout la raison de la sortie d’une telle compilation en France pèse toujours. Très vite pourtant les choses se décantent et on perçoit mieux l’étendue du projet.

L’objectif avéré est de mettre en avant la scène scandinave en grande partie rappe en anglais et dont la plupart des artistes présent sur la compilation on déjà collaboré avec des artistes américains comme J-Ro, Jim Jones, M.O.P., Masta Ace ou Large Professor pour ne citer qu’eux… Mais le rêve américain n’est pas une finalité et paraît même parfois une fatalité pour certains car il représente aussi une image du hip-hop dénaturée par des images de luxes, d’argents en abondance et de filles faciles. Ce qui transpire de leur propos c’est l’amour de la musique et du hip-hop dans des contrées où il y a encore quelques années les Dj’s refusaient de passer les artistes locaux leur préférant les têtes d’affiches américaines voire même françaises comme le Saïan Supa Crew véritable référence scénique pour Lazee et Timbuktu. Les choses sont claires, pour eux le hip-hop n’a pas de frontières et ils ont bien l’intention de montrer que l’Europe est bien un continent de haute qualité. Certains n’hésitent pas à parler d’une unification de l’Europe du hip-hop avec son identité malgré la diversité des langages. Les parallèles avec certains meetings politiques ne peuvent être éludés, mais c’est bien de hip-hop dont on parle et on est bien loin d’une haine maladive pour le berceau américain mais plus proche d’une volonté d’affirmation en faveur de la musique qu’importe qu’elle vienne de Norvège, des Etats-Unis ou d’Afrique du Sud. Les artistes le savent très bien en rappelant que beaucoup d’artistes, Kanye West en tête de liste, s’inspirent largement des courants du vieux continent pour bâtir leurs succès. Est-on au début d’une nouvelle ère ? « Today is history » clame Lazee du haut de ses vingt-deux ans. Au moins les choses sont claires face à de telles personnalités à la fois réfléchies, chaleureuses et dynamiques on ne peut que languir de les voir en action.Les lieux du crime sont déjà choisis d’avance. C’est dans un restaurant huppé du VIe arrondissement que l’histoire va s’écrire. Dans une ambiance détendue et joyeuse artistes et invités échangent leurs points de vue musicaux autour de verres et de repas haut de gamme servis par d’adorables nymphes.

Après quelques heures de détente les affaires sérieuses reprennent à l’occasion du showcase prévu pour la promotion de la compilation. Timbuktu, valeur sûre des ventes en Suède à l’image d’une Diam’s en France, et Chords commencent par trois titres aux ambiances qui oscille mélodiquement entre reggae et rap, le tout orchestré par Moe derrière les platines. Les artistes confinés sur scène généralement réservé à un chanteur et son pianiste nous servent une prestation solide devant une salle et quelques groupies américaines conquises. Moe les rejoins pour un dernier freestyle sur du coupé-décalé, et ajoute son flow au débit aussi rapide qu’une rafale de balles. Nalija, la chanteuse de l’équipe, enchaîne ensuite et amène une ambiance R&B et Nu-Soul empreinte de charme et douceur. Son of Light prend ensuite le relais secondé par Tommy Tee derrière le poste de DJ. Il impose un flow soutenu sur des instrumentales très techniques au rythme saccadé. On termine enfin avec celui qui est annoncé comme la futur star en Suède et peut-être au-delà : Lazee. A à peine 22 ans, le bonhomme peut déjà poser sans écrire ses textes à l’image d’un Jay-Z. Il nous gratifie d’une performance énergique pleine de charisme sur beat dur et street puis enchaîne avec son nouveau single « Rock Away » aux ambiances électro et rock sur une boite à rythme rapide. Lalcko présent à cette soirée est conquit comme le reste de la salle.La journée se termine finalement à 2h du matin et un nouveau rendez-vous est pris pour le 28 Février à l’Elysée-Montmartre, où les représentants de la compilation se mêleront à nos rappeurs hexagonaux pour parler une seule et même langue : celle du hip-hop.A très vite pour la suite …

About the author

Adrien AkA Big Ad, Streetblogger (votre serviteur)

    1 Comment. Leave your Comment right now:

    1. Pingback: StreetBlogger » Scandinavian Hip-Hop Invasion : le concert et les interviews …

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>